Liens commerciaux
           

0




* Autrefois considéré comme l’homme de la situation, l’ancien Premier ministre togolais est démonétisé par les pourparlers politiques du Centre interdiocésain.




Pauvre Kodjo ! Par où serait-il donc passé ? La question vaut avis de recherche général des Kinois. Mais sans aucune incidence judiciaire. Tout ce que l’on sait, est que l’ancien Premier ministre togolais qui arraché la vedette aux officiels congolais pendant le second semestre de l’année 2016, a disparu de radars des Kinois. Le facilitateur du Dialogue congolais, version Cité de l’Union africaine, serait-il déjà rentré au Togo ? Si oui, alors Edem Kodjo aura quitté le sol congolais à pas feutrés.



Les Congolais l’ont sans doute vu pour la dernière fois, le mardi 15 novembre 2016 au Palais du peuple. C’était lors de l’adresse du Président Joseph Kabila à la nation, via les deux chambres du Parlement réunies en congrès. Normal, parce que le contexte politique d’alors l’avait ainsi voulu. Dès lors que cet environnement a été essentiellement dominé par la mise en application de l’Accord du 18 octobre, l’apparition d’Edem Kodjo pendant certaines solennités en RD Congo n’avait rien d’anormal. Depuis, plus rien ! 




QUAND LE CENTRE DE GRAVITE CHANGE
Nommé Facilitateur du Dialogue politique en RD Congo par l’Union africaine, Edem Kodjo avait foulé le sol kinois dans la soirée du jeudi 07 avril 2016. Depuis, tous les regards des Congolais étaient rivés sur lui.




 D’avril à la première moitié du mois d’octobre 2016, l’ancien Premier ministre togolais fut à la Une de principaux tabloïds paraissant dans la capitale congolaise. Pas une édition sans Kodjo. Des éditorialistes, des auteurs de tribunes libres…firent de Kodjo la source de leur inspiration. Actu oblige ! Edem Kodjo aura donc tout été.



 Aux yeux de certains Congolais, il paraissait comme l’homme de la situation. Le Pullman Grand Hôtel Kinshasa où fut logé Kodjo, fut le principal centre d’intérêt de la classe politique. Non sans raison. C’est là que fut aménagé le bureau de la Facilitation, interface incontournable pour quiconque voudrait rencontrer Kodjo.



Cependant, à la suite des négociations politiques directes entre signataires et non-signataires de l’Accord du 18 octobre, le Togolais Edem Kodjo a été quelque peu " démonétisé ". L’Accord du 31 décembre 2016 issu de ces pourparlers, considéré au départ comme un addendum au compromis politique du 18 octobre, a fini par devenir le document de base auquel se réfèrent les parties prenantes. Du coup, Kodjo considéré comme le parrain du texte de la Cité de l’Union africaine, a coulé avec ledit Accord. La preuve, plus personne ne parle ni ne se réfère constamment à lui. Pas surprenant quand on sait que le centre de gravité a changé.



 Ce n’est plus le Pullman Grand Hôtel Kinshasa. Plutôt le Centre Interdiocésain, principal siège de la curie de l’Eglise catholique romaine en RD Congo. Désormais, les Congolais ne s’expriment plus en termes de bureau de la Facilitation. On parle plutôt Cenco. On parle Evêque.




Et s’il était demandé au Congolais moyen de résumer Kodjo ? Sans doute celui-ci dirait : " C’est l’homme qui a échoué sur le front de l’inclusivitélà où les évêques ont réussi." Polémique ? Absolument pas. Sion, rien ne pourrait justifier les discussions du Centre interdiocésain. Edem Kodjo ! Cet homme que l’Union africaine avait trouvé de mieux pour accompagner la RD Congo sur son chemin de sortie de crise, aura eu le mérité d’inscrire son nom dans les annales de l’histoire politique du pays.



 A l’instar de plusieurs autres acteurs Ouestafs comme Abdoulaye Wade, Moustapha Niasse…De ce point de vue, Edem Kodjo n’aurait donc pas à beaucoup regretter, quand bien même que sa mission n’aurait pas été une grande réussite en terme d’inclusivité. Sans plus. Alors, par où serait-il passé ? Lui qui a vécu une bonne expérience de la classe politique rd congolaise. Une expérience bonne ou mauvaise qui, pour paraphraser le célèbre écrivain antillais Aimé Césaire, permettrait sans doute à Kodjo de rééditer le "Cahier d’un retour au pays natal".
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top