Liens commerciaux

0





Le blocage de la dépouille du Sphinx de Limete à Bruxelles inquiète certains analystes. Qui, avec poigne, se sont confiés à La Prospérité. C’est depuis le 1er février 2017 qu’il a tiré sa révérence à Bruxelles, suite à une embolie pulmonaire. Mais, hélas, la date du rapatriement de sa dépouille mortelle reste un mystère. Est-ce par manque des moyens financiers? Est-ce par la volonté délibérée des acteurs politiques congolais ou encore s’agit-il là d’un sabotage de sa haute personne et de sa lutte par des tiers ? Mieux, est-ce sa famille biologique ou politique qui paralyse le processus? Au comble de tout ces blocages, d’aucuns se demandent si le lider maximo ne finira-t-il pas par être inhumé au Royaume de Belgique? Voilà, en somme, tant de questions que suscitent les contours des obsèques d’Etienne Tshisekedi. Des observateurs estiment que les obsèques sont non seulement obligatoires suite à leur portée religieuse, mais constituent un droit pour tout citoyen et, à plus d’un égard, le lider maximo était bien plus qu’un citoyen, il était une icône dont le nom résonnait au-delà même du Congo-Kinshasa. D’où, pour eux, garder son corps dans une morgue en dehors de son pays, c’est de l’ingratitude. La meilleure façon de l’immortaliser serait donc de l’inhumer le plus tôt possible.

Depuis l’instruction du Président Joseph Kabila au Gouvernement congolais de se concerter avec la famille Tshisekedi pour l’organisation des funérailles dignes en sa mémoire, rien n’avance. Ce sont des préalables qui se multiplient. L’Udps exige le rapatriement du lider maximo par l’application de l’Accord de la Saint-Sylvestre ainsi que la construction d’un mausolée. Sa famille biologique exige d’emblée une autopsie, la détermination du lieu de l’inhumation ainsi que la garantie sécuritaire des obsèques. Suite à ces conditions à l’infinie, l’opinion place chaque partie impliquée dans l’organisation de ces funérailles devant ses responsabilités. Avec la bonne foi, le corps viendra facilement à Kinshasa sans aucune forme de procès. ‘’Cet homme a laissé l’Opposition et le pouvoir unis autour d’une table. Il a épargné au pays un chaos que tout le monde voyait venir suite à la non-organisation des élections par l’actuel régime l’année passée. Il faut donc lui rendre l’amour qu’il a donné au pays et au peuple. C’est le même amour qu’il a enseigné durant toute sa vie. C’est quelqu’un qui a vécu avec le peuple ‘’, lance un analyste politique qui s’est confié à la rédaction de votre journal. Ce, tout en requérant l’anonymat. Il faut donc que nous puissions voir le corps de notre leader. Celui qui est mort. Que son corps vienne et qu’il soit inhumé le plutôt possible’’ a souligné un analyste contacté. Il a poursuivi en démontrant que ‘’Tshisekedi était un œil vigilant du pouvoir. Il va manquer et au peuple, et au pouvoir, qui se servait de lui’’. Le peuple a besoin de lui. Il reste impatient dans l’attente du corps du leader historique du pays. Et de poursuivre, ‘’Tshisekedi n’était pas un rancunier. Sa succession familiale ne devra poser aucun problème. Elle est réglée par la loi. Au Rassemblement et au parti, il sera question de se référer aux statuts. En cas de silence, les organes internes doivent s’en occuper. Quant au CNSA, l’accord débloque cette situation sur le plan de fond. Réclamer encore les discussions en ces matières c’est une question de forme et non de fond’’ a-t-il conclu.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top