Liens commerciaux

0
La succession d'Etienne Tshisekedi à la tête du Comité nationale de suivi de l'accord du 31 décembre est déjà au coeur d'une divergence entre le Pouvoir et la Majorité. Sénateur de l'opposition dite "Républicaine", Mokonda Bonza donne toutefois raison à la Majorité Présidentielle.« Le remplacement de Tshisekedi à la tête du Conseil de Suivi des Accords par consensus ne remettra pas en cause l’accord « , affirme le Sénateur Florentin Mokoanda Bonza de l’Opposition Républicaine, joint au téléphone par POLITICO.CD

Pour le Professeur Mokonda, négociateur pour le compte de l’opposition Républicaine aux discussions de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), la majorité a raison de demander un nouveau consensus autour de la désignation du futur président du CNSA, d’autant plus qu’Etienne Tshisekedi a été choisit « à titre personnel ».

« Les amis du Rassemblement doivent être honnêtes et se rappeler que leur Présidént [Etienne Tshiskeedi] a reçu ce poste en fonction de sa stature« , a dit le sénateur, pourtant de l’opposition. Allant plus loin, Mokonda Bonza révèle a Politico.cd que « Tshisekedi avait refusé que son nom figure dans l’ Accord. » Et au professeur de conclure que ce qui a été convenu par consensus ne pouvait être modifié que de la même manière.


Concernant le débat sur la désignation du Premier Ministre avant ou après les funérailles, le professeur Mokonda soulignera: » Nous sommes africains. On ne peut pas parler de l’héritage avant d’ enterrer le mort »

Ecoutez le sénateur Florentin Mokonda Bonza au téléphone avec Aline Engbe.

LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top