Liens commerciaux
           

0

*Il s’agit ni plus, ni moins que d’un dossier de prêt régulièrement sollicité contre hypothèque d’un immeuble évalué à USD 2.500.000,00 par le Groupe de presse FPG. Au lieu de fier à un simple compte-rendu d’un rapport parlementaire dont toute la presse en RD. Congo avait fait écho et qui est loin d’être une décision de justice, les fureteurs de tous bords devraient, plutôt, aller plus loin. Au fond, la vérité retracée renseigne que le Fonds de Promotion de l’Industrie avait versé ces sommes sur un compte et à une banque inconnus du Groupe de presse FGP, pour des raisons que seul, le FPI connaît. Et, ces sommes n’ont jamais été transférées au Groupe de presse, précise-t-on. Il y a là, un vrai mystère que seule, la justice congolaise, statuant en toute liberté, doit élucider. Mais, depuis sept ans que ce conflit perdure, le FPG est en procès contre le FPI et a saisi par ses Avocats, les Cours et Tribunaux sous le RCE 4942 en résolution de la convention de prêt, restitution du titre d’enregistrement et dommages et intérêts. Et, jusqu’ici, l’affaire suit son cours normal…

Tryphon Kin-Kiey Mulumba, Professeur de son état, Ministre sortant des Relations avec le Parlement, Député National, et Autorité Morale du Parti pour l’Action et de Kabila Désir, est ceux qui, au propre ou comme au figuré, œuvrent pour triomphe de la vérité, dans un Etat où la justice a un mot à dire. Lui qui est considéré sur les terres de ses ancêtres, à Masi-Manimba, dans le Bandundu profond, comme un roi, n’aurait, visiblement, aucun intérêt à jouer, ni à sacrifier sa réputation sur l’autel des critiques indigestes et accusations gratuites.

Cette réputation sur laquelle il veille, depuis des temps immémoriaux, est le fruit d’un travail inlassable, d’une bataille des fourmis.

Et, dans cette nouvelle et ténébreuse affaire, la justice congolaise est saisie. Les Avocats sont en action. La compétence des juges est sollicitée. Tout ce qu’il faut faire, à en croire des sources proches de l’intéressé, c’est d’accélérer la procédure.

Puisqu’en tout état de cause, Tryphon Kin-kiey Mulumba dit que les fonds du FPI destinés à son Groupe de Presse, auraient été versés dans un compte et dans une banque qui lui sont inconnus.

Le travail de la justice, dans ce cas, ferait qu’on aille plus, dans les enquêtes. Qu’on fouille jusqu’au fond des choses, pour voir s’il n’y a pas de cadavres dans les placards.

A tout prendre, Tryphon Kin-kiey, lui, est monté au créneau. Il réclame son titre de propriété ainsi qu’une somme estimée autour de USD 15 millions à titre de dommages et intérêts, pour tous les préjudices subis et pertes encourus.

La justice congolaise, ainsi mise à rude épreuve, dans cet exercice où des fonds importants, exprimés en termes des millions, se volatilisent et prennent des multiples directions, doit faire son travail.

Kin-kiey Mulumba est des ceux qui militent, dans ce sens-là. D’ailleurs, il se réserve le droit d’ester en justice contre les auteurs des faux bruits ainsi d’autres récriminations farfelues contre sa personne, son groupe de presse et sa famille.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top