Liens commerciaux

0

*Dans un communiqué, le Gouvernement de la RDC informe que les autorités judiciaires du Kasaï Central ont ouvert une enquête afin d’identifier les auteurs de cet enlèvement.
Deux experts de la Mission de l’ONU en RDC (Monusco) sont portés disparus dans la région du Kasaï, théâtre d’une rébellion depuis septembre 2016, a-t-on appris hier lundi 13 mars de sources onusienne et congolaise. « Les deux experts sont portés disparus » dans la région de Tshimbulu depuis dimanche dernier, a déclaré Charles-Antoine Bambara, directeur de l’Information publique de la Monusco.

« Les deux experts sont l’un de nationalité américaine et l’autre suédoise. Ils ont été kidnappés au niveau du pont de la rivière Moyo et conduits dans la forêt par des éléments inconnus ainsi que 4 Congolais : trois chauffeurs de taxi-moto et un interprète », a expliqué le porte-parole du Gouvernement congolais, Lambert Mende. Selon MM. Bambara et Mende, les patrouilles sont en cours pour les « retrouver ».
Mardi dernier, un Casque bleu uruguayen avait été blessé par balle dans cette région du Kasaï dans le centre de la RDC, secouée par la rébellion de Kamwina Nsapu, chef traditionnel tué en août lors d’une opération militaire après s’être révolté contre les autorités de Kinshasa.
Parties de Kananga, capitale du Kasaï-central en septembre 2016, les violences entre les forces de l’ordre et les miliciens ont progressivement gagné les provinces voisines du Kasaï-Oriental, du Kasaï et de Lomami et fait plus de 400 morts. La Monusco est présente en RDC depuis 1999 et déploie plus de 19.000 soldats, policiers et observateurs militaires dans l’Est du pays et à Kinshasa. Elle ne disposait d’aucunes troupes dans la région du Kasaï jusqu’au déploiement récent d’une centaine de Casques bleus à Kananga et dans ses environs.
Une délégation gouvernementale est arrivée à Kananga au Kasaï-Central pour tenter d’enrayer le phénomène Kamuina Nsapu. Une insurrection qui touche aujourd’hui cinq provinces du centre du pays, mais qui est née de la révolte d’un chef coutumier, Kamuina Nsapu, originaire du territoire de Dibaya. Ses miliciens avaient empêché l’arrivée des précédentes délégations annoncées et du coup, la ville de Kananga a vécu cette journée de dimanche sous haute tension.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

 
Top