Liens commerciaux

0
Justin Bitakwira, ministre congolais des relations avec le parlement s'est une fois de plus exprimé autour de la situation politique dans  le pays.

A Vital Kamerhe, son ancien mentor, le ministre Justin Bitakwira lui demande « d’arrêter de se vendre moins cher ». Le porte-parole de l’opposition signataire de l’accord du 18 octobre estime que le poste du président du Conseil national de suivi de l’accord revient de droit à Vital Kamerhe. Pour lui, ayant terminé troisième à la dernière présidentielle après Étienne Tshisekedi et que le président de l’UDPS n’est plus, Vital Kamerhe doit automatiquement occuper le poste du président du CNSA.

« Après la mort du président du Rassemblement, c’est Vital Kamerhe qui doit occuper le poste qu’on avait attribué à Étienne Tshisekedi. Après les élections de 2011, Joseph Kabila était premier, Etienne Tshisekedi deuxième et Vital Kamerhe troisième« , a-t-il dit à Top Congo FM.
Pour lui, il ne faut pas accorder ce poste à des gens qui sont incapables de se faire élire même comme conseiller communal. Allusion faite à Pierre Lumbi qui, désigné président du Conseil des sages du Rassemblement, est automatiquement président du Conseil national de suivi de l’accord, un avis très controversé et sujet à débats actuellement au Centre interdiocésain.
Sans détours, Justin Bitakwira exhorte Vital Kamerhe de sortir de sa torpeur, rebondir et brandir sa troisième place.
Le ministre chargé des Relations avec le Parlement a promis dee soutenir sans conditions Vital Kamerhe pour qu’il prenne ce poste. Le soutien inconditionnel de Bitakwira se justifie par le fait que, selon lui, il craint pour l’avenir de Kamerhe.
Toujours égal à lui-même, Justin Bitakwira persiste et signe:  » Tant que Tshisekedi ne sera pas enterré, les discussions de la CENCO n’aboutiront à rien. Je parle sous le contrôle de ma grand-mère« .
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

 
Top