Liens commerciaux
           

0
Le secrétaire général de l’Udps, Jean-Marc Kabund, a claqué la porte de discussions sur l’Arrangement particulier au Centre interdiocésain.

Dans une interview accordée à ACTUALITE.CD , il accuse la Majorité présidentielle de multiplier des obstacles en vue de rallonger la mise en œuvre de l’Accord du 31 décembre.

Qu’est-ce qui vous a poussé à claquer la porte ?

C’est la mauvaise foi de la Majorité Présidentielle de mette en œuvre l’accord. Nous nous étions mis d’accord sur la formulation qui nous a été donnée par les évêques au sujet de la question de la nomination du Premier ministre. Trois noms, un nom, mais finalement nous avons décidé de subordonner la nomination à une concertation entre le nouveau leadership du Rassemblement et le président de la République. Nous avons cru que cela pouvait nous amener à une solution. Mais malheureusement nos amis multiplient des embûches en exigeant qu’on parle des candidats à présenter au Chef de l’Etat. Je ne peux pas continuer à accompagner ce qui s’apparente à une vaste blague alors que notre peuple souffre sur le plan social, économique et sécuritaire. Je me suis assumé.

C’est l’Udps qui a quitté les discussions ou c’est J.M. Kabund seul qui s’est retiré ?

Je me suis assumé en tant que gestionnaire numéro de l’Udps. Si les autres veulent rester là, ils peuvent rester amuser la galerie. Au moins, j’ai quitté les négociations à cause de la mauvaise foi de la MP.

Quelles sont les conditions pour revenir à la table des discussions ?

Je dois avoir des signaux de bonne volonté en ce qui concerne la mise en pratique de l’accord. S’il n’y en a pas, je ne vais plus revenir là et je ne reconnaîtrais plus le pouvoir de Kabila parce qu’il a été convenu par tous qu’il restait là sur base de l’Accord du 31 décembre. Et si lui-même qui a bénéficié le premier de l’Accord ne veut pas le mettre en œuvre, il en tirera toutes les conséquences. Nous avons un peuple à qui nous allons dire la vérité à propos de la mise en œuvre de cet Accord.

Donc le seul point de discorde demeure le mode de désignation du Premier ministre ?

Il n’y a pas que ça. Ils ont encore créé un autre obstacle prétextant qu’il y a des problèmes que nous devons régler au sein du Rassemblement. Entre-temps, c’est eux qui instrumentalisent cette dissidence, sans oublier l’affaire CNSA avec laquelle ils veulent nous retourner sur la table des négociations nous demandant de revoir l’Accord pour l’attribuer à quelqu’un d’autre.

Interview réalisée par Stanys Bujakera
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

 
Top