Liens commerciaux

0
Il ouvre le chapitre de déballage contre Martin Fayulu. Trop, c’est trop, a dit l’opposant Emery Okundji, l’un des ténors de la Dynamique aile Olengha Nkoy au micro de 7SUR7.CD ce jeudi 16 mars, en réaction à son exclusion de la Dynamique de l’opposition.

Okundji pense que Fayulu a franchi la ligne rouge. Le Secrétaire général des Fonus, Emery Okundji est monté donc sur ses grands chevaux pour dénoncer la prétendue exclusion décidée, de manière illégale, selon lui, par la Dynamique pilotée par Fayulu.

Pourtant devant la presse mardi 15 mars, il avait dit ne pas être contre le président de Ecidé. Émery Okundji martèle que Fayulu n’a pas qualité d’engager, moins encore d’exclure qui que ce soit de la plateforme. Il rappelle que l’élu de Kinshasa qui se bombe le torse de grand opposant, n’est venu à l’opposition qu’en 2011. Quand il scrute les actes posés par Fayulu, il ne le trouve pas aussi saint que l’image qu’il tente de présenter dans l’opinion. A la création de son parti- l’Ecide, c’est Katumba Mwanke, le vrai patron, mais qui le lui cède par la suite, au nom, de leur amitié. « Les deux amis signent un bon deal », explique Okundji. Première action. A l’élection du gouverneur de la ville de Kinshasa en 2006, il donne sa voix à Kimbuta et fait perdre la capitale à l’opposition, soutient le député Fonus.

Malheureusement, il n’a pas obtenu le poste de PDG de la Snel qu’il désirait, poursuit-il.

L’ambassadeur Katumba lui donne celui de PCA qu’il refuse. C’est la brouille entre les deux, révèle Le frère de Olengankoy.

Quelques temps après, il entre en conflit avec Kimbuta et traverse avec armes et bagages dans l’opposition, relate-t-il.

L’élu de Lubefu affirme que Kimbuta a payé, pourtant, un crédit de 150 mille dollars contracté chez le bembiste Fidèle Babala. Payement obtenu en échange de sa voix, selon Okundji.

En plus du poste de président de l’Ecofin qu’il a obtenu, Fayulu collait le gouv sur la semelle, le harcelant avec d’innombrables sollicitations pécuniaires exagérées, exigences qui ont fait craquer le gouverneur de la ville de Kinshasa André Kimbuta, d’après Emery Okundji.

Depuis son arrivée à l’opposition, Okundji raconte que le parcours de Martin Fayulu n’a été que parsemé des querelles. Aux Forces acquises au changement (FAC), il opère un putsch contre Lisanga Boganga dans le but de se faire recevoir par le président François Hollande. Okunjdi s’en plaint. Pire que tout. Il casse les cadenas au vu et au su de tout le monde et s’installe dans le bureau du regroupement (Dynamique) pour créer par la suite, son aile. La plateforme se divise en deux. Puis, vient la révision constitutionnelle de 2011 qui fait passer la présidentielle de deux à un seul tour. Le suppléant de Fayulu à l’Assemblée nationale, Robert Zikianda vote la révision antidémocratique. Ordre lui a été intimé.

Et Okundji de préciser qu’il a voté pour cette révision sur un coup de téléphone du grand Kabiliste reconverti opposant aujourd’hui. Le député Fonus ne s’arrête pas là.

Dans son déballage, Okundi se dit choquer que Fayulu n’ait jamais rendu compte du reliquat des 15.000 dollars lié aux dépenses d’organisation du meeting du 27 septembre, marquant le retour d’Étienne Tshisekedi. Jusqu’à aujourd’hui, il n’a jamais pipé mot sur la destination de ce pactole, dénonce Okundji.

Émery Okundji demande à Fayulu d’éclairer l’opinion sur ce dossier. Pour le cadre Fonus, le désordre actuel à la Dynamique est dicté par Katumbi qui a utilisé Fayulu pour obtenir le passage en force de Pierre Lumbi.
« Fayulu, c’est le salarié de Moise Katumbi», affirme Okundji. Après le vote ayant porté Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi, Okundji, il ne s’explique pas le revirement du patron de l’hôtel Faden House.

Dans un tweet qui a suivi le vote du nouveau leadership contesté du Rassemblement, la nuit du 02 mars, Martin Fayulu, que cite Okundji, insiste que « feu le président Tshisekedi privilégiait toujours la volonté du peuple, et se départir, selon lui, de ce comportement est une trahison inacceptable».
« Le 03 mars, il rétropédale », s’étonne Okundji, en prenant acte de l’élection du nouveau ticket.

L’opposant Emery Okundji, vice-président de la commission PAJ de l’Assemblée nationale confirme, preuve à l’appui, que Fayulu est inféodé à Katumbi. Il travaille pour son patron et donc, il n’a plus le droit et la qualité d’engager la Dynamique de l’opposition. Son imposture est désormais connue de tout le monde. Pour Okundji, la Dynamique de l’opposition est constituée de 8 plateformes dont 7 sont dans le camp de la légalité. Fayulu reste, selon lui, un homme seul. Même Tatcher Lusamba et le professeur Kutumisa sont partis, se délecte-t-il.

Et de conclure que l’escroquerie politique des moutons noirs ne passera plus jamais dans le ghota politique congolais.

Zabulon Kafubu
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

 
Top