Liens commerciaux
           

0

L’exécutif sortant du Comité Olympique Congolais (COC) a exprimé sa ferme volonté de relancer le processus électoral, bloqué suite aux revendications des dirigeants des fédérations. C’était à l’issue d’une réunion dite de "clarification", qu’il a tenu ce mardi 11 avril à son siège de Limete, à l’attention des sociétaires membres effectifs, du COC.

Le comité exécutif de l’instance faîtière du mouvement sportif congolais a réuni les sociétaires membres effectifs du COC, pour répondre à leurs multiples demandes qui, selon lui, l’avait obligé à suspendre le processus électoral. Ce, malgré l’absence remarquable de la partie initiatrice de la démarche.
Pour le 2ème Vice-président du COC, Dr. René Ngiebe Mubiala, cette séance de travail avait pour objectif de baliser la voie pour organiser les élections apaisées, crédibles et transparentes. "Nous sommes fin mandat. Mais, à la demande des uns et des autres, nous avons convoqué cette réunion pour trouver des solutions à vos problèmes que vous nous avez faites parvenir à travers vos correspondances ", a-t-il expliqué.
Et de poursuivre : "Le COC avait réservé une suite à toutes ces correspondances, comme le voulait le CIO, car pour chacune d’elles, une copie lui était réservée. Force est de constater que, avoir épuisé l’objet de ces lettres, les résistances perdurent au sein du mouvement sportif congolais. Et la raison de notre présence ici fait suite à vos demandes de clarification, afin d’accorder nos violons et aller vers les élections transparentes", a déclaré le numéro 2 du Comité National Olympique de la RDC.

HALTE AUX DISTRACTIONS, CAP SUR LES ELECTIONS
Au cours de ladite séance de travail, l’examen des pétitions a révélé plusieurs irrégularités qui ont conduit le Comité exécutif à mettre fin à la session et à engager à nouveau tout le mouvement sportif congolais sur la voie des scrutins. Il s’agit, par exemple, des signatures de présidents de certaines fédérations, sans que les concernés ne soient au courant.
Ce fut le cas du président de la fédération congolaise de Tennis, Emile Ngoyi. Ce dernier a expliqué au 2ème VP du COC qu’il était surpris d’entendre qu’il se trouvait parmi les signataires de la pétition.
"Si les deux documents ont ma signature, c’est sans doute un usage du faux, car je ne reconnais pas avoir eu la connaissance d’un tel document. Il y a là des noms de certains sociétaires sans signatures et d’autres falsifiées ?"
"Comment, poursuit-il, peut-on se réunir pour remettre en cause un bilan déjà adopté au cours d’une assemblée générale extraordinaire ? Intéressons-nous à ce qui est important, c’est-à-dire les élections". Emile Ngoy s’est ainsi indigné, avant de demander de se retirer pour aller convoquer ses collaborateurs à ce propos.
Au terme de cette réunion, le 2ème Vice-président a convié l’assistance à ne plus se laisser distraire par ces revendications qui ont assez retardé les échéances. Il a promis à ses accompagnateurs dont le SG Alain Badiashile et le TGA Kenzo Mukendi, de convoquer une réunion en interne pour remettre sur pied une commission ad hoc. Cette rencontre accouchera, dans un bref délai, d’un chronogramme ultime qui conduira aux élections à venir.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

 
Top