Liens commerciaux

0

Delly Sesanga est devenu une proie pour tous ses ennemis qui veulent en finir avec sa carrière politique. Que des mensonges montés de toutes pièces pour ternir l’image de cet opposant proche de Moïse Katumbi Chapwe. Hier, jeudi 20 avril 2017 dans la journée, une certaine presse a relayé une rumeur au sujet d’une prétendue rencontre entre le nouveau Premier Ministre et Delly Sesanga vers minuit à Fleuve Congo Hôtel. Il faut dire que c’est un deuxième coup monté et raté contre le Président National de l’ENVOL, en l’espace d’un mois. Dans un communiqué de presse parvenu La Prospérité, le Président de l’Alternance pour la République rejette tout en bloc. «Je voudrais, ici, fixer définitivement l’opinion nationale et internationale que je n’ai jamais rencontré ou cherché à rencontrer, de nuit comme de jour, sieur Bruno TSHIBALA dont j’ai toujours contesté la nomination intervenue en marge et contre l’esprit de l’Accord du 31 décembre 2016. Un accord à la négociation duquel j’ai activement participé et pour lequel je continue d’exiger l’application par la finalisation préalable de l’Arrangement particulier en vue de mener notre pays vers les élections apaisées d’ici décembre 2017», a-t-il martelé. Et de poursuivre que je ne saurais donc être d’un tel sans honneur pour négocier le sang des innocents congolais, tombés pour avoir exigé le respect de la constitution dans notre pays, en acceptant de participer à un gouvernement, dont la seule évocation me fait vomir tant il inspire ce que tous les compatriotes exècrent de trahison. Ci-dessous, l’intégralité du communiqué de presse de l’ENVOL !

COMMUNIQUE DE PRESSE

Une presse instrumentalisée, mal orientée et sous-informée diffuse une rumeur relayée par les réseaux sociaux sur une rencontre à minuit entre Mr Bruno TSHIBALA et moi.

Je voudrais, ici, fixer définitivement l’opinion nationale et internationale que je n’ai jamais rencontré ou cherché à rencontrer, de nuit comme de jour, sieur Bruno TSHIBALA, dont j’ai toujours contesté la nomination intervenue en marge et contre l’esprit de l’Accord du 31 décembre 2016. Un accord à la négociation duquel j’ai activement participé et pour lequel je continue d’exiger l’application par la finalisation préalable de l’Arrangement particulier en vue de mener notre pays vers les élections apaisées d’ici décembre 2017.

Je ne saurais donc être d’un tel sans honneur pour négocier le sang des innocents congolais, tombés pour avoir exigé le respect de la constitution dans notre pays, en acceptant de participer à un gouvernement, dont la seule évocation me fait vomir tant il inspire ce que tous les compatriotes exècrent de trahison.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top