Liens commerciaux

0
La RDC vient de suspendre sa coopération militaire avec la Belgique, a déclaré ce jeudi, le ministère belge de la Défense à Jeune Afrique.«Notre attaché de Défense à Kinshasa a reçu un courrier nous informant de la suspension de notre coopération militaire » a dit Laurence Mortier, porte-parole du ministère belge de la Défense à Jeune Afrique. Une information confirmée par une source militaire congolaise sous couvert d’anonymat.

« Nous sommes en train de faire un inventaire de ce que ce cette coopération recouvrait », a-t-elle poursuivi, ne souhaitant pas s’exprimer davantage sur les motivations de cette décision, une première depuis plus d’une décennie.

Rompue suite à l’arrivée au pouvoir de Laurent-Désiré Kabila à la tête d’une rébellion, en 1997, la coopération militaire entre la RDC et l’ancienne puissance coloniale avait été rétablie peu de temps après l’arrivée au pouvoir de Joseph Kabila, et n’avait plus été interrompue depuis.



Elle concerne principalement des actions de formation. Les militaires belges avaient notamment formé deux brigades d’interventions rapides, qui s’étaient illustrées contre l’insurrection Enyele, dans l’Équateur, au début des années 2010, puis contre la rébellion du Mouvement du 23 mars (M23) au Nord-Kivu, en 2012 et 2013. Ils accompagnent encore les militaires congolais sur le terrain aujourd’hui.
Critiques de Bruxelles

Cette décision intervient dans un contexte de tension entre Bruxelles et Kinshasa.

Dans un communiqué publié lundi, le Chef de la diplomatie congolaise, Léonard She Okitundi fustige son homologue belge, au sujet du communiqué publié par Didier Reynders concernant la nomination de l’opposant Bruno Tshibala au poste de Premier ministre.

Pour le vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères Léonard She Okitundu, son homologue belge n’a pas respecté les « caneaux diplomatiques » convenus pour échanger avec la République démocratique du Congo; ce qu’il dit regretter.

« Le ministère des Affaires étrangères note qu’à l’avenir, la non-observance de ces principes fondamentaux par ses partenaires, amènera impérativement le gouvernement de la République Démocratique du Congo à assumer ses responsabilités », tonne She Okitundu, vice-Premier ministre congolais des Affaires étrangères, dans ce communiqué dont la rédaction de Politico.cd s’est procurée une copie.

Le patron de la diplomatie congolais proteste ici contre la dernière publication du vice-premier ministre belge indiquant que la nomination de Bruno Tshibala s’écarte de l’esprit et de la lettre de l’accord de la Saint-Sylvestre.

« Le ministère des Affaires étrangères confirme, en tout état de cause, que la nomination a été effectuée dans le strict respect de la Constitution, de l’esprit et de la lettre de l’accord politique du 31 décembre 2016 et constitue une consolidation dudit accord dont l’objectif primordial est l’organisation des élections crédibles, apaisées et transparentes« , retorque la diplomatie congolaise.

Publié le soir du jour de la marche empêchée de l’opposition, ce communiqué rappelle que le droit de manifester est garanti par la Constitution. Et de préciser: « l’exercice de cette liberté peut faire objet de la part de l’autorité publique des restrictions prévues par la loi et constituant des mesures nécessaires dans une société démocratique au maintien de l’ordre public et à la sécurité nationale« . Sans détours, le communiqué cogne : « l’ingérence dans l’exercice de cette liberté s’explique exceptionnellement par un appel à l’insurrection« .

Le mécontentement de la RDC est d’autant plus grand que le vice-premier ministre belge n’a pas respecté, selon le communiqué, le modus vivendi arrêté de concert avec son homologue RD-congolais sur l’utilisation des canaux diplomatiques comme moyen idoine d’échange entre les deux gouvernements. Pour les autorités RD-congolaises, cela s’apparente au manque du respect.politique.cd
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top