Liens commerciaux
           

0

La Communauté de développement d’Afrique australe (SADC en anglais) a posé ses valises à Kinshasa, où elle tente de jouer l’intermédiaire dans la crise politique en cours. Néanmoins, ces consultations se déroulent de manière inattendue. Explications.L‘organisation sous régionale de la Communauté de développement d’Afrique australe a envoyé une délégation dans la capitale congolaise dans le but d’aider la République démocratique du Congo à sortir de la crise politique profonde dans laquelle elle se retrouve.

Après s’être entretenue avec des représentants de la Majorité Présidentielle, ceux du Rassemblement étaient conviés jeudi à l’Hotel Kempesky, au centre-ville de Kinshasa. La SADC a aussi invité deux délégations: celle de Félix Tshisekedi et celle de Joseph Olenghankoy. Et comme il fallait s’y attendre, le Rassemblement de Limete a mal digéré cette co-invitation.

Alors que Joseph Olenghankoy était reçu avec sa délégation, où a une fois de plus confirmé qu’il était bel et bien « l’héritier d’Étienne Tshisekedi« , l’aile de Félix Tshisekedi a d’abord annoncé au micro de POLITICO.CD qu’elle ne participera pas à cette rencontre.



« Nous avons approché l’ambassadeur de la Tanzanie et lui avons rappelé que la Résolution 2348 oblige le strict respect de l’accord. Or ce dernier comporte la liste des parties signataires où ne figure qu’un seul Rassemblement, dont l’unique chef de délégation a été monsieur Félix Tshisekedi du début à la fin des travaux. Nous ne pouvions donc pas cautionner des démarches visant l’application de l’accord qui dès le départ violent ce dernier, en ajoutant des composantes non signataires comme par exemple un deuxième Rassemblement qui est la fabrication de Kabila« , expliquait Jean-Bertrand Ewanga, Secrétaire général de l’Alliance pour la République (AR).

Selon ce cadre de la plateforme qui soutient Moïse Katumbi, il était donc hors de question que son Rassemblement ne rencontre la délégation de la SADC au même moment que celui des dissidents. « Nous lui avons même signifié que c’est pour cette raison que nous avions rejeté les invitations de Kabila qui violaient la lettre et l’esprit de l’accord par la création d’une composante qui n’existe nulle part dans le texte signé. Nous lui avons donc présenté nos excuses car il était pour nous hors de question d’être reçus avec ces gens pour ne pas tomber dans le piège de Kabila et nous nous sommes retirés de l’hôtel du fleuve« , a-t-il ajouté peu après-midi.

Toutefois, la coalition dirigée par le duo Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi finira par rencontrer les délégués de la SADC en fin de journée. « Nous sommes entre le marteau et l’enclume« , justifiera Martin Fayulu, président de l’Ecide et cadre du Rassemblement qui a pris part à cette rencontre.

« D’un côté la Communauté internationale qui nous demande de lui laisser une chance pour obtenir pacifiquement l’application de l’accord, de l’autre, la population qui en a marre… vous comprenez bien que c’est une situation délicate« , explique-t-il.

Martin Fayulu promet néanmoins des « nouvelles actions » du Rassemblement « si la situation persiste ». La SADC quant à elle poursuit son séjour à Kinshasa, alors que rien n’est vraiment attendue à l’issue de ces consultations.


LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

 
Top