Liens commerciaux

0




En séjour à Kinshasa, une délégation de la SADC consulte depuis jeudi 20 avril, les acteurs sociopolitiques congolais dans le cadre de la collecte des données relatives à l’accord du 31 décembre 2016 et de l’arrangement particulier. Les journaux de la capitale reviennent sur cette actualité.


Le Phare titre à la une : «SADC : Félix Tshisekedi piégé»


Le journal informe que des envoyés spéciaux de la Communauté de développement de l’Afrique Australe (SADC), qui séjournent à Kinshasa depuis le début de la semaine, ont programmé hier jeudi 20 avril 2017 à Kempisky Hôtel, à Gombe, une séance de travail avec le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement.


Alors qu’il se croyait l’unique interlocuteur de ces mandataires des chefs d’Etat de la région, en sa qualité de chef de la délégation du Rassemblement de l’opposition au centre Interdiocésain, Félix Tshisekedi était tout surpris de se trouver en face de Joseph Olenghankoy qui, comme on le sait, représente la dissidence, rapporte le journal.


Ne pouvant cautionner la confusion et s’estimant piégé, poursuit le quotidien, M. Tshisekedi a refusé d’échanger avec les délégués de la SADC sur la même table que l’homme qui conteste sa légitimité, au point de s’être autoproclamé chef de file d’un Rassemblement/bis.


Dans son entendement, toute rencontre avec des émissaires de la SADC devrait avoir pour soubassement l’accord de la Saint Sylvestre et la Résolution 2348 du Conseil de sécurité des Nations unies, laquelle souligne l’impératif de l’application intégrale du deal politique accepté par toutes les parties prenantes aux négociations du centre Interdiocésain, souligne Le Phare.


Revenant sur cet incident, La Prospérité rapporte qu’hier, au rendez-vous de la SADC, le Rassemblement de Félix a claqué la porte, alors que le groupe de Joseph Olenghankoy s’est embarqué dans les discussions avec la délégation et, est allé jusqu’au bout.


Mais, qui a fixé cette rencontre à la même heure et au même lieu, s’interroge la consœur évoquant un «scénario insolite !».


Entretemps, l’aile dure du Rassemblement parle d’une partie remise, après l’incident survenu avec les délégués de la SADC, conduite par un ministre tanzanien, dans le cadre d’une énième mission de bons offices à Kinshasa.


«Loin de résoudre la crise, la SADC est venue l’attiser», note pour sa part Le Potentiel.


Alors que tous prônent la mise en œuvre de l’accord du 31 décembre, les délégués de la SADC se sont presque inscrits dans le schéma de crise artificielle provoquée au sein du Rassemblement par la fronde qui s’est créée autour de Joseph Olenghankoy, indique le journal.


En dépêchant à Kinshasa ses délégués, la SADC n’est pas venue décanter la crise. Bien au contraire, comme dans des circonstances similaires, chaque fois que le président de la RDC, Joseph Kabila, était en difficulté, elle est plutôt venue à sa rescousse pour l’aider à sortir de la zone de turbulences, estime le quotidien.


Sinon, souligne le journal, comment comprendre l’attitude qu’ont affichée ses délégués, hier jeudi au Kempinski Fleuve Congo Hôtel ?


D’une certaine manière, la SADC a consacré la scission du Rassemblement en recevant Joseph Olenghankoy sous l’étiquette de cette plate-forme, alors que ce dernier pilote la fronde qui s’est formée au sein de ce regroupement signataire de l’accord du 31 décembre 2016, conclut le quotidien.


Par rapport à ces consultations entamées par la SADC, L’Avenir indiqu’Aubin Minaku reste ferme.


« C’est illogique de parler d’un autre dialogue », a indiqué le secrétaire général de la Majorité présidentielle qui conduisait la délégation de sa famille politique à ces échanges.


Le journal indique que d’après M. Minaku, pour la Majorité présidentielle « tout [doit] être mis en œuvre effectivement, de sorte que les élections dans notre pays, de la base au sommet soient organisées » avant de rappeler le soutien de son camp au Premier ministre Bruno Tshibala, nommé par le président de la République.


Au sujet de Bruno Tshibala, Forum des As note qu’hier jeudi, la ville s’est réveillée avec de rumeurs faisant état d’une rencontre entre le Premier ministre et le coordonnateur de l’Alternance pour la république (AR), Delly Sessanga qui a aussitôt démenti.


Par contre, poursuit le journal, celui qui n’a même pas besoin de démentir, s’appelle Freddy Matungulu. Ce sociétaire du Rassemblement dirigé par le tandem Tshisekedi fils - Lumbi a été reçu au grand jour par le nouveau chef du Gouvernement, informe le journal.


Membre de la Dynamique de l’Opposition, le président du parti Congo na Biso (CNB) a dit à haute et intelligible voix avoir échangé avec le Premier ministre, souligne le confrère, qui se demande si nous devrions nous attendre alors à des surprises.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top