Liens commerciaux
           

0

‘’Le changement des mentalités doit cesser d’être un simple slogan. Il doit devenir, absolument, le centre de nos préoccupations. L’Etat, les partis politiques, les associations, les acteurs sociaux, bref, toutes les composantes de notre société doivent en faire la priorité de leurs priorités. Car, c’est grâce à lui que passe la citoyenneté. Et pourtant, sans une citoyenneté véritablement assumée et patriotique, aucun développement n’est possible dans notre pays’’. Tel est, à tout dire, le condensé du discours d’orientation de Jean-Pierre Lihau, Initiateur du Mouvement Ensemble, au 1er Forum d’échanges de son organisation, tenu vendredi 14 avril 2017, à l’Espace Congo-loisir de la Gombe. Ce premier rendez-vous a réuni plus de 600 jeunes universitaires et autres venus de tous les horizons de la Capitale congolaise. Les échanges ont tourné autour du thème : ‘’la reconstruction de la citoyenneté en RD. Congo’’.

Jean-Pierre Lihau était face à un auditoire constitué des jeunes déterminés à foncer dans le changement qu’il veut impulser. Plusieurs questions qui lui ont été posées. Et, avec brio, il les a balayées.

Il faut une renaissance

Le thème choisi pour l’ouverture des échanges dans ce mouvement purement citoyen trouve ses racines dans plusieurs aspects. Il sied de rappeler que, lors de son discours de lancement du mouvement ‘’Ensemble’’, le 9 décembre 2016, Jean-Pierre Lihau avait énuméré une série de thématiques sur lesquelles ils discuteront tout au long de leur évolution. Il s’agit de la nécessité de défendre la paix et l’unité dans notre pays face à certaines velléités anarchistes, l’affirmation de la souveraineté de la RDC sans laquelle le pays ne saurait subsister avec des hommes et femmes libres, aptes à l’autodétermination et à l’autonomisation. Par ailleurs, la problématique du respect de l’ordre constitutionnel, la fiscalité comme moteur de l’existence d’un pays en tant qu’Etat, l’agriculture comme pilier de l’économie, le défi de la croissance de la relance économique et divers autres aspects figuraient aussi comme des points importants sur lesquels faut-ils sérieusement réfléchir afin de projeter un avenir radieux pour le Congo-Kinshasa. D’après lui, toutes ces thématiques sont complexes et diverses. C’est pour cette raison qu’une préférence a été développée pour centrer les choses sur les éléments de base, les fondamentaux, c’est-à-dire, les racines du futur ‘’grand arbre’’, que tous les membres de ce mouvement sont sensés contribuer à son entretien et la plantation de sa semence. ‘’Comment peut-on rêver de construire un immeuble géant sans ériger une fondation qui tienne compte de tout le poids de ses structures et parties. Comment peut-on espérer l’avènement d’une nation solide sans citoyens responsables porteurs de valeurs d’éthique sure et du sens de l’intérêt général. Sans une citoyenneté positive et responsable, aucun progrès n’est possible dans un pays. Sans une citoyenneté véritablement assumée et patriotique, aucun développement n’est envisageable dans une société. Alors, à quoi bon parler de l’environnement quand personne n’est prêt à respecter les règles élémentaires de l’écologie. Nous avons longtemps revendiqué nos droits et avions sûrement oublié qu’aucun droit n’est véritablement droit sans devoir correspondant ‘’, lance Jean-Pierre Lihau. Pour lui, sans devoir, le droit est voué à la perte quant à ses attributs essentiels. L’Etat, ce n’est pas que le Président de la République ou le Gouvernement, moins encore les Cours et tribunaux ou le Parlement. L’Etat c’est nous tous, crie-t-il. ‘’Ce sont les citoyens qui façonnent l’Etat. Celui-ci est organisé, structuré et représentatif mais chaque citoyen en constitue une portion. Nous exigeons à l’Etat et nul n’a le monopole de se dérober de cet impératif. Payer l’impôt n’est pas un choix ou une faculté, c’est un devoir, c’est une obligation. De ce fait, la fraude fiscale constitue un crime contre l’Etat et non une infraction’’, exhorte-t-il.

Comment changer le pays ?

Sans passer par quatre chemins, Jean-Pierre Lihau a déclaré: ‘’si nous voulons changer notre pays, nous devrons d’abord commencer par nous changer nous mêmes. Il n’y aura pas de Congo nouveau sans un Congolais nouveau. Il faut que nous les reconnaissions, les antivaleurs ont élu domicile dans notre esprit collectif. Il faut une prise de conscience. Le changement des mentalités doit cesser d’être un simple slogan pour devenir le centre de nos préoccupations. L’Etat, les partis politiques, les associations, les acteurs sociaux, bref toutes les composantes de notre société doivent en faire la priorité de leurs priorités. Après la conscientisation, viendra l’heure de la sanction systématique. Un contrat est un contrat. Il faut le respecter. Les lois de la République, il faut le respecter sous peine d’être sanctionné’’.

Quid du mouvement ‘’Ensemble’’ ?

Jean- Pierre Lihau, le définit comme un courant des pensées. Un mouvement collectif des idées, des réflexions sur lesquelles la RDC doit se fonder pour son développement. C’est une pépinière de projets pouvant conduire à la reconstruction et à la protection des valeurs du pays, soutient-il. Ce mouvement est assez innovant et surtout dans le logiciel politique où les idées sont réfutées au profit de la réalisation des ambitions, fait remarquer un observateur. C’est pourquoi, l’initiative et l’innovation en profite pour faire assoir une nouvelle pratique consistant à réfléchir avant d’agir au-delà des couleurs politiques car, les systèmes de la nation congolaise doivent être reformés, tancent des analystes. ‘’ Ensemble ‘‘ pense utile de créer des débats de réforme inhabituels hors des partis politiques. Ainsi, il vise des thématiques qui engagent la politique, la diplomatie, le social, l’environnement, l’agriculture, la pèche, la cueillette, l’élevage, les finances, l’écologie, l’économie, l’enseignement et bien d’autres ‘’, renseignent les animateurs de ce mouvement.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

 
Top