Liens commerciaux
           

0


L’examen de la motion de défiance déposé par des députés contre le gouverneur de la province de la Tshopo, Jean Ilongo Tokole, a été empêché ce jeudi 10 mai par les forces de la police nationale qui ont bloqué les accès du siège de l’Assemblée provinciale.




Gaspard Bosenge Akoko, député provincial de Tshopo et initiateur de la motion, explique au téléphone d’ACTUALITE.CD que les forces de police ont reçu l’ordre de ne pas accorder l’accès aux députés, une manière, dénonce-t-il, d’empêcher l’exa de la motion. Il annonce par ailleurs que le président de l’Assemblée est convoqué à Kinshasa.




La plénière a-t-elle eu lieu ?




La plénière n’a pas eu lieu. Les policiers ont assiégé l’Assemblée provinciale. Ils nous ont empêchés d’y entrer. Nous avons forcé la porte, quelques députés sont entrés. Les autres sont restés dehors. Au final, on dit que le président est appelé pour aller répondre à la haute violation. Donc la plénière prévue aujourd’hui n’a pas eu lieu.




Les policiers ont répondu aux ordres de qui ?




Vous êtes une personne qui peut faire des analyses. Ils sont venus assiégés le bureau de l’Assemblée provinciale au moment où nous nous apprêtions à débattre sur la motion. Certainement pour ne pas que la motion soit discutée aujourd’hui.




L’Assemblée provinciale a combien de députés ?




Nous avons 24 députés. 1 est décédé, 3 sont malades pendant plus d’une année. Cinq autres n’ont pas encore été remplacés parce qu’ils ont été nommés ministres provinciaux. Présentement nous siégeons à 15. Et nous avons tous été là.




Combien ont signé la motion ?




C’est une motion de défiance donc ça ne demande qu’un dixième des membres de l’Assemblée provinciale. Nous avons signé la motion à cinq, mais c’est le vote qui doit nous départager. Mais en attendant qu’on puisse voter la motion à la majorité absolue, c’est à ça que nous nous attendons.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

 
Top