Liens commerciaux
           

0



Les populations des communes de Bumbu et Ngiri-Ngiri se plaignent de l’état dedélabrement très avancé dans lequel se trouve actuellement l’avenue Ngiri-Ngiri, à son croisement avec la direction Shaba. Des nombreux nids de poule et crevasses jonchent cette artère, ce qui y perturbe considérablement la circulation des piétons comme des véhicules.

C’est depuis plusieurs mois que cette avenue se trouve complètement détériorée. Ce, malgré plusieurs descentes y effectuées par des autorités tant municipales qu’urbaines. La population a entrepris plusieurs démarches auprès des décideurs pour solliciter sa réhabilitation. Des tentatives qui n’ont accouché que d’une souris, explique Gérôme, K., la vingtaine révolue.
Cette détérioration de la chaussée est à la base des graves embouteillages, l’avant comme l’après-midi, rapportent les habitués de cette avenue. Elle constitue un véritable casse-tête pour les conducteurs des transports en commun.

DES EMBOUTEILLAGES RECURRENTS
« Emprunter actuellement l’avenue Ngiri-Ngiri équivaut à s’exposer à des embouteillages monstres. Au mauvais état de la route, s’ajoute le manque de patience et la maladresse des chauffeurs. De grands camions, de petites voitures dites Ketchs, des véhicules appelés esprit de mort, des taxi-motos, tous s’y mêlent », a indiqué un conducteur.
A côté des véhicules, ce sont aussi des piétons qui en payent le prix. Apres la moindre pluie, cette avenue devient impraticable même à pied. Des eaux stagnantes et des boues épaisses y rendent la circulation difficile. Une situation qui concerne aussi bien les piétons que les véhicules.
Plus d’un s’inquiètent des risques que courent des élèves des écoles environnantes censés traverser régulièrement cette avenue dans un sens comme dans un autre. « Traverser l’avenue pour aller à l’école est devenu un véritable calvaire pour nos enfants qui doivent tous les jours se frayer un petit sentier dans la boue. Ils doivent aussi faire face à des motards qui roulent à vive allure », s’est plainte une femme ménagère.

LE PHENOMENE DEMI-TERRAIN
Le délabrement de l’avenue Ngiri-Ngiri, à son croisement avec la direction Shaba est aussi à la base du phénomène demi-terrain qui s’y observe actuellement. Il s’agit pour les conducteurs de faire de petites courses pour une même destination.
Pour éviter des embouteillages qui sont récurrents actuellement sur l’avenue Ngiri-ngiri, certains véhicules, revenant de Selembao, préfèrent s’arrêter à la maison communale de Bumbu. Les plus courtois parmi les conducteurs préfèrent se faufiler sur des avenues connexes.
Ce qui expose les enfants des familles environnantes à beaucoup de risques d’accidents. Pas plus tard qu’hier, un enfant de moins de 8 ans a failli être heurté par un motard, roulant à très vive allure, à l’entrée de l’avenue Kola, dans la commune Ngiri-Ngiri.
Plusieurs autres artères de cette partie de Kinshasa ne sont pas épargnées. C’est le cas de la direction Assosa, près de la maison communale de Ngiri-Ngiri où des de flaques d’eau rendent difficile la circulation des véhicules. Le même constat est fait sur la direction Elengesa qui mène à la commune de Makala.
Des personnes interrogées appellent les autorités compétentes, en l’occurrence le ministre des lInfrastructures et de travaux publics, à inscrire la réhabilitation de ces avenues dans son agenda.

LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top