Liens commerciaux

0


Cela n’était pas encore arrivé depuis l’évasion spectaculaire, à la hollywoodienne, de Ne Muanda Nsemi et de plus de 6000 détenus de la Prison. Il avait refusé de fuir, de fuir car selon ses propres mots, « le libérateur, comme le héros, libère et n’a pas à être libéré ». Il en est aussi arrivé à apprendre de Nelson Mandela et de Patrice-Emery Lumumba qu’il pouvait transformer sa cellule de prison en bureau de travail ou en lieu de réflexion et de préparation aux plus hautes charges de l’Etat. Lui, c’est l’Honorable Franck Diongo, Député national élu de Kinshasa, Président national du MLP (Mouvement lumumbiste progrèssiste) injustement arrêté et détenu par le pouvoir kabiliste et qui est à l’heure actuelle l’un des plus farouches et les plus incorruptibles opposants au régime. Sa cellule-bureau ne désemplit du reste jamais les jours des visites.



Depuis la semaine dernière, après une série des voyages scientifiques l’ayant conduit notamment aux Etats-Unis, au Mozambique, en Zambie et en Afrique du Sud, le plus brillant de nos constitutionnalistes qui avait déjà contribué à donner l’un des coups les plus mortels ayant amené les tambourinaires du pouvoir à renoncer à leur funeste projet de révision constitutionnelle en vue de la consolidation d’une monarchie présidentielle est de retour au pays cette fois-ci pour contrer toute velléité de référendum après avoir noté que le « diable » était encore sur ses pieds et les «ba ndoki basilaki te », de nombreux sorciers étant encore présents dans toutes les places, y compris dans l’opposition et dans la société civile. A partir de Maputo au Mozambique, il avait déjà lancé à la Majorité présidentielle: « Cessez de rêver, il n’y aura pas de référendum constitutionnel ».


Le mercredi du 31 mai 2017, après avoir remplis toutes les formalités requises comme celles consistant à se déchausser, « vider » ses poches, et payer les jetons pour pouvoir accéder au Pavillon, Prof André Mbata s’est fait recevoir par le Président Franck Diongo afin de l’encourager pour sa lutte héroïque pour le changement dans notre pays. A son tour, le farouche opposant s’est fait le devoir de féliciter « Le plus grand intellectuel qui nous reste » comme il aime bien le dire chaque fois qu’il parle de l’universitaire. Prof Mbata en a profité également pour remettre le message d’encouragement de la Diaspora congolaise au Canada (Winnipeg) à l’Honorable Diongo pour son combat. Franck Diongo qui s’est dit comblé, espère que l’exemple de la Diaspora congolaise au Canada sera suivi par toute la Diaspora congolaise qui doit à présent passer des slogans et de la parole aux actes pour soutenir effectivement ceux qui luttent pour le changement démocratique et l’Etat de droit au pays qui nous a été légué par nos aïeux.

S’adressant au Président Diongo et à la quinzaine des militants de son parti arbitrairement arrêtés et détenus avec lui, le Professeur des Universités a eu ces mots prophétiques en s’inspirant de Notre Seigneur Jésus-Christ et de Nelson Mandela: « Nul ne connaît mieux la vie de son peuple s’il n’a jamais été en prison ou n’a jamais visité une prison », « Le Christ est passé par le séjour des morts avant de monter au paradis tout comme Mandela était passé de la prison au Palais (présidentiel)».

Il n’y a pas eu une seule évasion, même pas celle de 50 fugitifs qu’on pouvait retrouver à 150 (???) après la patrouille policière selon l’arithmétique apprise par la Majorité présidentielle à l’Université de la ferme de Kingakati. Cependant, le temple kabiliste de Makala tremblait lorsque l’un des plus dignes fils du pays et l’un des plus farouches opposants au régime autoritaire finissant recevait le Prof André Mbata, le plus brillant et le plus bouillant constitutionnaliste congolais de cette génération qui compte également parmi les meilleurs du continent.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top