Liens commerciaux

0

Le président national du Peuple au Service de la Nation, PSN, parti de la Dynamique de l’opposition, plateforme du Rassemblement, soutient l’idée d’une candidature de la jeunesse congolaise à la prochaine présidentielle en Rd-Congo. Pour lui, il est impérativement important que le pays soit géré par un jeune plein de talents, compétent à même de faire bouger les choses.

« Nous voulons des gens qui vont servir la Nation et non des individus. Actuellement nous avons des dirigeants, des acteurs politiques, des gouverneurs qui sont boss comme disent les anglophones mais qui ne sont pas des ouvriers. En d’autres termes, nous voulons des dirigeants qui sont ouvriers du peuple congolais et non le contraire ». La jeunesse de la RDC c’est la majorité de la population. Si, quelqu’un peut nous porter si haut un projet de société répondant aux aspirations des Congolais, le social, la sécurité, l’éducation…, pourquoi ne pas le soutenir ? C’est notre droit », a-t-il déclaré. Pas du tout tendre vis-à-vis de la gestion de Joseph Kabila 16 ans après, Rudy Mandio estime que celui-ci a échoué parce qu’il s’est surtout fait entourer de Mobutistes.

« Depuis 1960 jusqu’à ce jour, il n’existe qu’une seule classe politique, idéologiquement parlant. Il ya eu changement d’hommes mais pas d’idéologie. Nous, nous voulons changer de classe politique : cela veut dire la renouveler », a renchéri le président de PSN. Et de poursuivre : « Devant ce que l’on peut qualifier dedestruction méchante, il est parfois judicieux de reconstruire plutôt que de procéder à des réparations ».

« Dans la situation actuelle de la République Démocratique du Congo caractérisée par une perte de crédibilité et de confiance du peuple vis-à-vis d’une classe politique qui navigue au gré des intérêts égoïstes entre la majorité au pouvoir et l’opposition, une classe politique qui fait et défait ses alliances au gré d’humeurs et de partage de postes plutôt que d’exigences idéologiques, l’idéal serait de prendre la commande du changement au niveau le plus haut possible, c’est à dire, au niveau du pouvoir suprême de la République », a explicité Rudy Mandio. Pour lui, un futur président de la République se doit d’attirer l’admiration de la majorité du peuple aussi bien dans son apparence extérieure que dans ses valeurs intérieures.

A la question de savoir si le PSN était prêt à soutenir la candidature de quelqu’un d’autre comme Moïse Katumbi ou Félix Tshisekedi, Rudy Mandio a précisé que cela devrait faire l’objet de discussions au sein du Rassemblement. «Il est vrai que nous sommes membres du Rassemblement par la voie de la Dynamique, mais le Rassemblement n’est pas une plate-forme électorale, a-t-il fait savoir. Si aujourd’hui le Rassemblement se transforme en une plate-forme électorale et qu’on se met d’accord sur une candidature au nom de l’intérêt général du pays, il n’y a pas de problème. Ca doit passer par les normes qui mettent tout le monde d’accord. L’idéal reste l’intérêt majeur du pays, nous basons notre lutte sur les valeurs », a-t-il conclu.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top