Liens commerciaux

0


La Dynamique de la Société civile pour le Renouveau et le développement de la province du Kwilu (DSCRD/Kwilu) revient à la charge. Près de quatre mois après avoir alerté l’opinion, via les médias, sur la marche de la province du Kwilu, elle décide d’interpeller le Vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur et Sécurité, Emmanuel Ramazani Shadary. Mais aussi l’Assemblée provinciale du Kwilu. Dans un document signé le 27 juin, et dont une copie a atterri par bon vent à Forum des AS, les notabilités de la DCSRD/Kwilu font état de la " très mauvaise gouvernance " de la province du Kwilu. Celle-ci serait caractérisée par " la gestion partisane et individualiste du Gouverneur qui n’écoute ni n’associe personne. "

Selon ces notabilités, certains députés provinciaux du Kwilu, conscients de leur devoir d’élus, ont en date du 24 mai dernier, interpellé le gouverneur Godel Kinyoka par une motion de défiance. En lieu et place du débat qui devrait être organisé 48 heures après le dépôt de cette motion, le 25 mai, le gouverneur, le président de l’Assemblée provinciale et les 3 présidents de 3 groupes parlementaires étaient appelés à Kinshasa, à la surprise générale. Et depuis, assurent les mêmes sources, ces autorités provinciales seraient portées disparues à l’exception du vice-gouverneur qui est retourné à Bandundu-ville il y a plus d’une semaine.
" Bientôt la session en cours va prendre fin sans que la situation ne soit décantée faute de débat sur la motion de défiance déposée le 24 mai. Voilà comment la province du Kwilu est prise en otage par quelques personnes…", déplorent les notabilités de la DSCRD/Kwilu.
Pour mettre fin à cette situation, les notabilités de la société civile, regroupées dans la Dynamique de la Société civile pour le renouveau et le développement du Kwilu en appellent au Vice-Premier ministre chargé de l’Intérieur et Sécurité.
La DSCRD/Kwilu souhaite qu’en cas de déchéance de l’actuel gouverneur de province à l’issue du débat, que " son successeur soit une personnalité responsable, à l’expérience éprouvée et qui soit capable d’être à l’écoute des communautés de base, de l’élite et des dirigeants des organisations de la Société civile. " Les notables de la DSCRD rappellent que " la province du Kwilu est un patrimoine commun de toutes ses populations et non une propriété privée de qui ce soit".
Ces mêmes notabilités exhortent les forces vives du Kwilu à s’assumer et invitent les responsables de la Société civile de cinq territoires de Bagata, Bulungu Gungu, Idiofa, Masimanimba et des villes de Bandundu et Kikwit à relayer ce message. Ce, en encadrant la population à dénoncer la prise en otage de leur province par " un petit groupe égocentriques ".
Au nombre de notabilités de la Société civile interpellatrices, il y a notamment : Mbusu Ngamani, le Pr Malembe Tamandiak, Thaddée Nkumbi, Sylvain Kandolo Kikula, Adrien Mania, Nicaise Kilabi, Jules Lubuma, Joseph Yumbu, Dr Barthélemy Mukamba, Dieudonné Kikanda, Mmes Marie-Camille Ndombe, Charlotte Mbuta, Jeanne Midi , Jean-Marie Ntantu-Mey et Thasinda Yaya Mamie.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top