Liens commerciaux
           

0

Soupçonné d’être impliqué dans les événements sanglants du Kasaï, le député Clément Kanku Bukasa va devoir s’expliquer devant le Procureur général de la République, Flory Kabange.

C’est ce qui ressort de la plénière d’hier à l’Assemblée nationale. Ainsi l’élu de Dibaya aura le loisir, via ses réponses aux questions du PGR, de donner sa version des faits par rapport à l’enregistrement coupe-gorge produit par le journal américain New York Times.
Cet enregistrement trouvé dans l’ordinateur de la Suédoise Zaidan Catalan, l’une des deux experts de l’ONU assassinés dans le Kasaï a joué un rôle déclencheur. Il déterminerait l’implication du député Clément Kanku dans les violences liées à la milice Kamwina Nsapu.
Comme dans toute démocratie, il doit présenter ses moyens de défense. Fini donc les spéculations et autres suppositions des uns et des autres. Désormais, on entre dans la ligne droite du dévoilement de la vérité. Dans une affaire qui a fait couler tant d’ancre et de salive.
De son côté, nullement ébranlé par cet éclaboussement, le député Clément Kanku Bukasa se disait jusque-là serein.
Déjà, le député avait réagi d’une manière allant dans le sens de soutenir la paix dans les deux provinces. Alors ministre de la Coopération et du Développement, Clément Kanku aurait même appelé les habitants du Kasaï et du Kasaï central à œuvrer pour la paix enfin que de permettre à la commission électorale de lancer l’enrôlement des électeurs dans les deux provinces.
Directement accusé, il a déclaré n’avoir jamais donné l’ordre de tuer les experts des Nations Unies. Il est allé jusqu’à nier l’authenticité de l’enregistrement qui l’incrimine.
Pour lui : " Il n’y a pas de lien possible entre l’enregistrement qu’il qualifie de non expertisé et la mort du grand chef Kamwina Nsapu le 12 août 2016 d’une part, et d’autre part, l’assassinat odieux des experts des Nations Unies en mars 2017."
Il risque donc d’avoir des étincelles en l’air si l’on sait que le député de Dibaya refuse mordicus de se présenter devant le PGR en victime expiatoire. Cela indique tout l’intérêt de cette affaire qui se présente comme pleine de rebondissements.
Dans tous les cas, cette comparution devant l’organe de la loi devrait permettre d’en savoir un peu plus sur le dossier Kamwina Nsapu ou en tout cas de lever les pans dans ce dossier sombre de l’histoire du Grand Kasaï.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

 
Top