Liens commerciaux

0
Sur les antennes de TV5, Corneille NANGAA a déclaré qu’: «il est impossible d’organiser les élections en République démocratique du Congo, en décembre 2017». Sa déclaration est comparable à une cruche aux abeilles agitée. C’est toute la classe politique congolaise qui réagit à travers des déclarations de tout genre. Du côté de l’opposition, le parti «le Peuple au Service de la Nation, « PSN », n’est pas aussi resté indifférent face à la dernière sortie médiatique du Président de la Commission électorale nationale indépendante, CENI.

Pour le parti cher à Rudy MANDIO, la déclaration de Corneille Nangaa est non seulement irresponsable et inopportune, mais elle est aussi de nature à mettre le pays à feu. Au cours d’une réunion de son bureau politique, le Président national du PSN condamne avec véhémence les propos de NANGAA qui n’a pas qualité, à titre individuel et sans consultation avec les autres organes partenaires à l’accord de la Saint Sylvestre, pour faire une déclaration unilatérale sur le report des élections. A en croire Rudy MANDIO, le fait de ne pas organiser les élections dans le délai prévu par cet Accord profitera encore et toujours au régime en place.

Cependant, il pointe du doigt le Président sortant, qui semble être le responsable principal et majeur de ce blocage. ‘‘Non seulement que KABILA est l’auteur du chaos ou de la crise actuelle au Congo, mais surtout il ne veut pas organiser des élections parce qu’il sait qu’il est non-partant’’, a déclaré Rudy MANDIO, le jeune dynamique.

Par ailleurs, le PSN, qui aspire à une alternance pacifique au pouvoir, propose la refonte totale de la CENI, en exigeant que Corneille NANGAA soit remplacé par un nouveau président dont l’impartialité et la neutralité seront prouvées.

Vu la complexité de la crise, ce jeune parti congolais estime idéal que la classe politique fasse un appel à l’ONU pour l’organisation, dans un bref délai, d’un nouveau dialogue qui va aboutir à une période transitoire, afin de trouver une personne intègre, fiable et vivable, qui aura pour mission d’amener le pays aux élections. Et d’ajouter qu’il s’agit d’une mise en place d’une courte transition sans l’actuel Chef de l’Etat. ‘‘Kabila se sert des dialogues à répétition pour s’éterniser au pouvoir. C’est parce que ces accords constituent pour lui une source de légitimité pour son pouvoir en dehors de la Constitution’’, a fustigé le Président du PSN.

Cependant, Rudy MANDIO sollicite l’assistance de l’Organisation Internationale de la Francophonie, (OIF), à la CENI pour la dernière ligne droite qui amènera la nation vers les scrutins. Toutefois, les propos tenus par le responsable de la Centrale électorale congolaise a beaucoup touché la communauté internationale. Déjà, apprend-on, les Etats-Unis menacent la RDC de sanctions, si les élections ne se déroulent pas comme prévu cette année. « Les retards sur les élections ne peuvent pas continuer… », a déclaré Michel Sison, Ambassadrice Adjointe des Etats-Unis d’Amérique au Conseil de Sécurité de l’ONU, lors d’une réunion sur la crise en RDC.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top