Liens commerciaux

0

Le Premier ministre, Bruno Tshibala a reçu en audience les membres du mouvement citoyen « Lutte pour le Changement (Lucha) », ce mardi, 25 juillet 2017.




D’après Me Eric Kasereka, point focal de ce mouvement pro démocratie, sa délégation était venue apporter son soutien au Premier ministre et à son gouvernement.


 « Avec le Premier ministre, nous avons passé en revue plusieurs questions, notamment l’organisation des élections, la publication du calendrier électoral et le social des Congolais. Nous avons été convaincus qu’il était nécessaire de lui apporter notre soutien », a-t-il indiqué. La Lucha se dit déterminée à défendre les idéaux qui ont pour objectif d’amener la République à aller de l’avant. « Nous sommes déterminés à barrer la route à toute personne ou tout individu qui, au nom de la jeunesse, va continuer à vendre la mauvaise image de la RDC » a indiqué le point focal RDC du mouvement.




L’ unité de la Lucha et la marche

Selon Eric Kasereka, la Lucha reste une et indivisible. « Devant la presse, je préfère réitérer l’unité de la Lucha. Personne ne peut, en dehors du point focal de la RDC, prétendre qu’elle va lancer un appel à une mobilisation sans que nous ne soyons au courant », a-t-il affirmé en annonçant une marche de soutien qu’ils comptent organiser le 29 juillet 2017, partant de pont Kabu à l’Echangeur de Limete. « Dans notre délégation, il y a des militants venus de Goma, de Lubumbashi et, avec tous les autres militants, nous nous sommes convenus d’organiser une marche de soutien au gouvernement, le samedi 29 juillet 2017 », a-t-il annoncé. Pour la Lucha, il n’y aura pas de marche de mobilisation le 31 juillet 2017. « Nous mettons en garde toute personne qui fait circuler des fausses informations dans certains médias. S’il y aura une marche, c’est pour une autre organisation et non la Lucha. Toute personne qui se fera arrêter ce jour-là n’est pas de la Lucha. Donc, c’est une mise en garde pour quiconque osera dire qu’il y a marche le 31 juillet », a-t-il averti.


Par ailleurs, Eric Kasereka a demandé à tous les militants qui pensent mener le combat en dehors du pays de revenir parce que, estime-t-il, on ne peut militer pour sa maison en étant chez le voisin, sans savoir réellement ce qui se passe chez soi. « Je rassure que la Lucha n’est pas manipulée par des puissances étrangères », a-t-il conclu. Pour sa part, le Premier ministre a dit à ses hôtes qu’il reste disposé à les recevoir à tout moment qu’il en sera besoin, ce qui les a réjouis.

LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top