Liens commerciaux

0


"J’ai procédé à l’annulation de cinq contrats de concessions forestières par l’arrêté n°006 du 3 juillet, lesquelles ont été attribuées illégalement par mes prédécesseurs. Des contrats en contradiction flagrante avec les dispositions légales et le moratoire de 2005", a déclaré le Ministre de l’Environnement et développement durable de la RDC, Amy Ambatobe, au cours d’une conférence de presse tenue le vendredi 7 juillet.

Etant donné que notre mission est de contribuer au développement économique et social du pays par une gestion durable des ressources forestières. Ce qu’il nous faut c’est une bonne gouvernance qui permet d’assainir le secteur et d’appuyer les acteurs qui respectent les lois et les réglementations en vigueur. Et la bonne gouvernance forestière est aujourd’hui au cœur de nos préoccupations », dit-il.
Cette nouvelle vient réconforter les parties prenantes à la lutte contre l’exploitation illégale, notamment les ONG nationales et internationales qui militent pour la gouvernance forestière et le respect du moratoire instauré sur les forêts congolaises depuis 2005. Car les concessions attribuées illégalement représentent environ 1.610.946 d’hectares des forêts.

DECISION SALUTAIRE
Le numéro 1 du ministère de l’Environnement a profité de l’occasion pour saluer le financement dont bénéfice la RDC sous l’initiative des Forêts de l’Afrique Centrale (CAFI) au travers du Fonds National REDD (FONAREDD) qui permet, notamment d’appuyer le Ministère dans l’amélioration et le renforcement de la gouvernance forestière.
Pour sa part, le Coordonnateur national de la REDD, Victor Kabengele indique que le mot du Ministre s’articule autour de la bonne gouvernance. Celle-ci fera en sorte que les lois de la République soient appliquées et respectées.
"Aujourd’hui, nous sommes parfois critiqués à cause de la faiblesse de la gouvernance forestière. Aussi, la décision du Ministre est-elle salutaire, et nous sommes satisfaits puisque le REDD fait la promotion de la gestion durable des forêts qui rentre dans la bonne gouvernance", a-t-il souligné.
Les forêts du Bassin du Congo constituent la deuxième plus vaste forêt tropicale de la planète après l’Amazonie.En RDC, la forêt couvre 60% du territoire et stocke plus de 8% du carbone mondial. Ce qui en fait le quatrième plus grand réservoir de carbone forestier du monde. Aussi, la forêt, qui représente au moins la moitié du territoire, constitue-t-elle un atout et un défi majeur en termes de gestion et de gouvernance.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top