Liens commerciaux

0

*Ne trouvant plus leurs comptes dans la plateforme de Kengo wa Dondo, Bofasa Djema, Kumbel, Bomanza... claquent la porte.

Le torchon brûle à l’Opposition républicaine (OR). Depuis la semaine dernière, des défections - et non de moindre - sont enregistrées dans cette plateforme dirigée par Léon Kengo wa Dondo. Cofondateurs de ce regroupement politique, Charles Bofasa Djema, Elie Kumbu Kumbel, Jean-Baptiste Bomanza, Joseph Lumbala et Claude Munga Makayi ont claqué la porte, après avoir déposé en bloc leur démission.

Dans leur correspondance datée du 3 juillet dernier, les cinq dissidents crient haut leur ras-le bol face à l’autorité morale de l’OR : "Créée le 14 février 2015, l’Opposition républicaine a fait face à un regroupement parallèle : l’Ordre Républicain, lequel regroupement était malheureusement créé par M. Franck Mwedi Malila, votre beau fils… L’Opposition républicaine est, dès lors, torpillée constamment par l’Ordre Républicain, regroupement parallèle, sans réaction de votre part".
Se confiant au quotidien ’’Forum des As’’, l’un des dissidents de cette plateforme accuse l’Autorité morale de l’Opposition républicaine de jouer à la duplicité, opposant ainsi deux courants au sein même de ce regroupement politique. Les partants imputent à Léon Kengo wa Dondo la création, au sein de cette plateforme, d’un regroupement qui porte le même sigle : l’Ordre des Républicains (OR)."Un courant dont il a confié la direction à son beau-fils, Franck Mwedi Malila, présentement ministre du Tourisme", commente ce dissident.
"C’est désormais de ce réservoir, qui le reconnaît aussi comme autorité morale, que Léon Kengo wa Dondo puise ses candidats au Gouvernement et au Comité National de Suivi de l’Accord (CNSA), au nom, curieusement, de l’Opposition républicaine", fustige cet ancien cadre de l’OR.

KUMBEL CRIE A LA DUPLICITE
Aux dires d’Elie Kumbu Kumbel, qui assumait jusqu’alors la fonction de Coordonnateur de l’Opposition Républicaine, Kengo wa Dondo brandit le jour la carte de l’Opposition républicaine et la nuit celle de l’Ordre Républicain. "Par conséquent, martèle-t-il, l’autorité morale de l’OR pistonne en coulisses ses pions de l’Ordre républicain dans les différentes institutions de la Transition, alors qu’au grand jour, il présente parallèlement une liste légale des délégués, tirés de hauts cadres de l’Opposition républicaine".
"Par ailleurs, fustige Kumbu Kumbel, l’Ordre Républicain bénéficie de tous les moyens nécessaires pour fonctionner, alors que l’Opposition républicaine, la plateforme mère vivote, faute de ressources".

DES NOMINATIONS TORPILLEES
Au sein de cette plateforme en effet, fonctionnent trois organes internes, à savoir : l’autorité morale en la personne de Kengo wa Dondo, le Conseil national, dont le bureau est dirigé par un modérateur, et la Coordination, chapeautée par un coordonnateur. L’autorité morale fait office de présidence, le Conseil national joue le rôle du Parlement, et la Coordination, celui de l’Exécutif, commente un des dissidents.
Dans sa lettre datée du 28 décembre 2016, l’autorité morale de l’Opposition républicaine avait ainsi pris la mesure portant confirmation du modérateur et du coordonnateur de sa plateforme. Cette décision avait permis de confirmer Charles Bofasa Djema comme modérateur et Elie Kumbu Kumbel comme Coordonnateur de l’OR. Mais, c’est seulement en début du mois d’avril que cette mesure avait été rendue publique.
D’après un document officiel émanant de l’OR, Léopold Ndolela (désigné Représentant de l’autorité morale pendant la même période), ainsi que Charles Bofasa Djema et Elie Kumbu Kumbel avaient désormais ’’le pouvoir permanent et exclusif, dans le cadre du présent mandat, d’engager la plateforme pour tout contact politique’’.Mais, ils avouent avoir été plusieurs fois floués lors des consultations par les représentants de l’Ordre Républicain qui le précédaient et glissaient les noms de leurs ’’coéquipiers’’. Pire, ils ne supportent pas d’avoir été traités de ’’faussaires’’, sans la moindre réaction de l’autorité morale.

DEFECTIONS EN CASCADE
"A la lumière de la situation explosive, comparable à un volcan qui peut entrer en éruption à tout moment, nous vous avons saisi officiellement par nos lettres du 12 mai et du 7 juin 2017, afin de sauver ce qui pouvait encore l’être, mais sans suite de votre part", tempêtent les frondeurs dans leur correspondance du 3 juillet dernier, s’adressant à Léon Kengo wa Dondo.
Les dissidents se disent ainsi indignés du fait que "le nébuleux Ordre Républicain" continue à considérer ce dernier comme leur autorité morale, ’’alors que de par les textes qui nous régissent et les lois du pays en la matière’’, Kengo devrait être l’autorité morale exclusive de l’Opposition républicaine.
Ne trouvant désormais plus leurs comptes dans cette plateforme où ils ne se sentent plus considérés, Charles Bofasa Djema, Elie Kumbu Kumbel, Jean-Baptiste Bomanza, Joseph Lumbala et Claude Munga Makayi ont décidé de rendre le tablier, ’’à l’instar de la soixantaine d’autres membres de cette plateforme qui se sont déjà retirés. L’effectif de l’Opposition Républicaine étant passé de 84 au départ à 16, et aujourd’hui de 16 à 11’’, claironne un des dissidents, tout en annonçant que d’autres défections vont bientôt être enregistrées.
"Nous ne partageons plus la même vision politique avec vous, à savoir la recherche de l’inclusivité au niveau national pour mener, dans la paix, le processus politique en cours, devant aboutir à l’alternance par l’organisation des élections libres, démocratiques, transparentes et apaisées", lâchent les anciens cadres de l’OR.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top