Liens commerciaux

0


* Par cet heureux dénouement, les autorités congolaises viennent de démontrer qu’elles veillent à la sécurité des opérateurs économiques étrangers ayant choisi la RDC comme leur seconde patrie.

La Police nationale congolaise (PNC),a présenté lundi 10 juillet à la presse, un homme d’affaires indien pris en otage pendant dix-huit jours à Kinshasa. Ritesh Kushor Hemnani, Associé-gérant de la société Miles Travels et Kenys a été remis le même jour à M. S.T Dangho, attaché de l’ambassade de l’Inde en RD Congo. Un fait anodin ? Loin s’en faut ! Si nous partons du postulat que l’attractivité d’un pays procède, non seulement de l’environnement fiscal, mais aussi et surtout de la sécurité dans son ensemble, la reprise du responsable de Miles Travels et Kenys, des mains de ses ravisseurs, ne peut être interprétée autrement.

Au-delà de la bravoure des éléments de la PNC et de tous les services de sécurité, la libération de cet otageconstitue un signal fort que la RD Congo envoie en direction des investisseurs tant nationaux qu’internationaux. Preuve aussi que le système de sécurité en RD Congo travaille effectivement. Pour un pays comme la RD Congo qui cherche à attirer des investisseurs potentiels, les dirigeants du pays veillent depuis, à la sécurité des personnes et de leurs biens. Il ne s’agit pas seulement de la sécurité des nationaux, mais également de celle de tous les expatriés ayant choisi la RD Congo comme leur seconde patrie.
Dans certains milieux d’hommes d’affaires à Kinshasa, on n’a pas encore cessé de louer l’acte posé par les éléments de la PNC. Aussi, les mêmes investisseurs se disent-ils rassurés de leur sécurité et celle de leurs biens. Même son de cloche du côté de l’Agence nationale pour la promotion des investissements (ANAPI), qui considère la libération du gérant de Miles Travels et Kenys, comme preuve tangible de l’engagement des dirigeants rd congolais dans l’amélioration du climat des affaires. Et donc, les partisans du Congo-pessimisme devront voir ailleurs.

CHAPEAU BAS AU RAÏS…
Lorsqu’il initie en 2009, la création d’une Agence nationale chargée de la promotion des investissements en RD Congo, le Président Joseph Kabila n’ignorait pas les défis de la sécurité juridique et judiciaire qui s’imposaient. Car, l’amélioration du climat des affaires en dépend. C’est ce à quoi l’Anapi, comme organe technique du Gouvernement, veille dans la mise en œuvre de toutes les réformes entreprises par l’Exécutif national.
La libération de l’homme d’affaires indien des mains de ses ravisseurs, s’inscrit justement dans le cadre de la sécurité que les autorités congolaises apportent aux investisseurs. Voilà pourquoi, à la reprise de son compatriote libéré lundi dernier, le chargé d’Affaires de l’ambassade de l’Inde n’a pas été avare de compliments aux dirigeants congolais. Aussi, M. S.T Dangho a-t-il remercié le Président Joseph Kabila, le Vice-Premier ministre en charge de l’intérieur et sécurité, Emmanuel Ramazani Shadary pour leur implication dans la reprise de Ritesh Kushor Hemnani. L’attaché de l’ambassade de l’Inde a également congratulé le vice-Premier ministre en charge des Affaires étrangères, Léonard She Okitundu, le Commandant de la PNC ainsi que tous les responsables des services de sécurité.
Dans son adresse faite à l’occasion de la présentation de cet ancien otage à la presse, le colonel Pierrot Mwana Mputu, porte-parole de la Pnc, a rappelé que M. Ritesh Kushor Hemnania été kidnappé dans la matinée de mardi 20 juin dernier vers 9heures 30, alors qu’il se trouvait dans son chantier situé sur l’avenue ex-Tombalbaye, derrière le ministère du Travail, non loin de la paroisse Notre-Dame de Fatima, dans la commune de la Gombe.
"L’opération a été menée par quatre hommes en tenue civile dont deux étaient munis d’armes à feu et un troisième d’un couteau", explique le colonel Mwana Mputu. Selon la même source, la victime sans aucune défense, avait été embarquée à bord de la voiture de ses kidnappeurs, sous menace de son intégrité physique. " Ritesh Kushor Hemnani a été cagoulé et conduit à une habitation située au numéro 6 de l’avenue Massa du quartier Jamaïque de la commune de Kintambo", renchérit le porte-parole de la Pnc, indiquant que l’homme d’affaires indien a été séquestré et torturé. "Moyennant des sévices corporels, les ravisseurs de Ritesh Kushor Hemnani ont réussi à lui extorquer des coordonnées sur ses proches. C’est alors qu’ils se sont mis à contacter ces derniers en réclamant une rançon de deux millions de dollars américains, contre la libération de l’infortuné Hemnani Ritesh Kushor", poursuit le colonel Mwana Mputu.

TROIS ETRANGERS ET UN CONGOLAIS
Selon le porte-parole de la Police nationale congolaise, le groupe de ravisseurs de Hemnani Ritesh Kushor était composé de quatre personnes. Il s’agit de M. Mandlate Natalino Domingos, détenteur d’un passeport mozambicain délivré le 29 octobre 2014 à Maputo, de M. Simbine Henrique Alberto, titulaire d’un passeport mozambicain délivré 13 novembre 2015. A eux s’ajoutent M. Tchapda Tchoumegui William Donald, de nationalité camerounaise, né le 23 janvier 1985 à Yaoundé. L’homme est détenteur d’un Laissez-passer délivré à Kinshasa le 6 juillet 2017 par le Chargé d’Affaires ai, Bakanjanken Nestor, ministre plénipotentiaire de l’ambassade de la république du Cameroun. On a également retrouvé sur lui, un passeport ordinaire namibien n°Poo72132, délivré le 31 avril 2015 à Mbanza-COG. Le quatrième membre du réseau est M. Hamutenya Mbaya Mudilu Steve, alias Sylvain Mabaya Madilu, né le 9 juillet 1974 à Kalima dans la province du Maniema. Ce Congolais, chauffeur de profession, est domicilié au numéro 2879 de l’avenue Kasa-Vubu, quartier Salongo, dans la commune de Kintambo.
Les résultats des investigations des services de sécurité attestent que c’est M. Hamutenya Mbaya Mudilu Steve, alias Sylvain Mabaya Madilu, qui avait fait le déplacement de Goma où il multipliait des demandes de rançon aux proches de Hemnani Ritesh Kushor, dans le seul but de brouiller les pistes. " Les services l’y ont appréhendé, avant de le ramener à Kinshasa ", précise le colonel Pierrot Mwana Mputu.
Par ailleurs, la même source révèle que dans leur cachette de l’avenue Massa, ces criminels avaient monté un dispositif de guet-apens si bien qu’à l’arrivée des forces de sécurité sur le lieu, ils ont constaté la fuite desdits inciviques. Ce qui a permis aux services de récupérer M.Hemnani Ritesh Kushor. Toutefois, tous n’ont pas réussi à s’échapper des mailles du filet de la Police. Car, Hamutenya Mbaya Steve Madilu, Tchapda Tchoumegui William Donald ainsi que Bernard Shuku Lufungusu sont présentement aux arrêts. Les enquêtes se poursuivent, d’autant plus que les autres complices continuent à cavaler dans la nature.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top