Liens commerciaux

0


Les délégués des organisations de la société civile notamment les syndicats, les entreprises du secteur privé, les confessions religieuses et les partenaires multilatéraux et bilatéraux de la RD. Congo sont depuis hier, mardi 25 juillet 2017, en séminaire d’orientation budgétaire 2018 au salon Congo de Pullman Hôtel, à la Gombe. Organisé par le Ministère du Budget en collaboration avec le Comité d’Orientation de la Réforme des Finances Publiques (Coref), avec l’appui financier du Projet de Renforcement de la Redevabilité et de la Gestion des Finances Publiques (Profit-Congo), ces assises de trois jours, soit du 25 au 27 juillet, poursuivent plusieurs objectifs, à savoir : harmoniser les vues sur le niveau des recettes, des dépenses et des politiques publiques retenues dans le cadre budgétaire, identifier les voies et moyens additionnels afin de mieux assurer le financement du programme d’action du Gouvernement et refléter les priorités sectorielles dans le budget 2018 par les recommandations pertinentes. Il sera également question d’échanger sur quatre thèmes essentiels. Entre autres, la planification stratégique et les hypothèses macroéconomiques 2018-2020, le cadre budgétaire à moyen-terme 2018-2020 et la lettre d’orientation budgétaire 2018, la circulaire budgétaire et les projets annuels de performance 2018 ainsi que l’impact des mesures fiscales sur la mobilisation des recettes.

Dans son discours d’ouverture, Maguy Rwakabuba Ribagiza, Vice-ministre du Budget, a remercié les participants d’avoir répondu à son invitation. Ce, avant d’ajouter que ce séminaire d’orientation budgétaire s’inscrit dans le cadre du processus budgétaire organisé pour la première fois en 2012 après la mise en place de la Loi de Finances publiques (LOFIP). Elle a souligné que le présent séminaire est non seulement le résultat de la contribution matérielle du Gouvernement, mais aussi de l’apport financier des partenaires au développement réunis à travers le Projet Profit-Congo exécuté par le Coref. Ce séminaire d’orientation budgétaire, dit-elle, est le cadre par excellence des discussions autour de grandes orientations des politiques publiques envisagées par le Gouvernement pour les trois prochaines années contenues dans un document de programmation budgétaire appelé « Cadre Budgétaire à Moyen-terme».

C’est aussi un cadre des discussions sur les moyens à mettre en œuvre et les mesures préconisées afin de mobiliser les ressources nécessaires au financement desdites politiques. Pour elle, c’est une occasion donnée aux participants en vue de s’imprégner des directives d’élaboration du budget 2018 contenues dans la circulaire édictée par le Ministre du budget dans le souci de permettre aux ministères sectoriels de mieux élaborer leurs prévisions budgétaires annuelles. Profitant de cette occasion, Maguy Rwakabuba a exhorté les participants à ne ménager aucun effort pour proposer des enrichissements et des pistes d’amélioration aux problématiques posées dans les différents thèmes énumérés ci-dessus.

Raymond Ndudi, Secrétaire Général au Budget, a salué la présence des participants qui, selon lui, dénote l’importance indéniable qu’ils accordent à l’amélioration du processus budgétaire et à l’action de réformes de l’Etat. En outre, il a rappelé que le séminaire d’orientation budgétaire est un exercice de débat sur les politiques publiques du Gouvernement, organisé au sein du gouvernement, en prévision du débat d’orientation budgétaire qui, en principe, devrait se tenir chaque deuxième quinzaine du mois de juin au parlement.
Ce débat d’orientation budgétaire, dit-il, s’approche de l’article 13 de la loi n°11/011 du 13 juillet 2011 relative aux finances publiques qui instaure la culture du débat au parlement autour du cadre budgétaire à moyen-terme et du cadre de dépenses à moyen-terme, préalablement, à l’examen du projet de loi de finances de l’année.

«En attendant cette concrétisation du débat d’orientation budgétaire, le Gouvernement, par le biais du ministère du budget, organise depuis près de cinq ans, l’enrichissement du cadre budgétaire à moyen-terme qui contient une prévision de l’évolution des recettes, des dépenses, du solde et de l’endettement au cours de trois années à venir» poursuit-il. Il a souligné que le cadre budgétaire à moyen-terme constitue chaque fois une annexe au projet de loi des finances que le gouvernement élabore depuis 2012. Quatre thèmes ont été retenus, à savoir : la planification stratégique pour l’émergence de la RDC et les hypothèses macroéconomiques, le cadre budgétaire à moyen-terme 2018-2020 et la lettre d’orientation budgétaire, la circulaire budgétaire et le projet annuel de performance et l’impact de mesures fiscales dans la mobilisation des recettes. Il a précisé que les travaux vont se dérouler en atelier conformément aux termes de référence et au guide de travaux mises à la disposition des participants. D’où, il a invité les séminaristes à se référer à la métrologie y indiqué afin d’atteindre avec succès les objectifs spécifiques visés notamment, harmoniser les vues sur le niveau de recettes, des dépenses et des politiques publiques retenues dans le cadre budgétaire, identifier les voies et moyens additionnels afin de mieux assurer le financement du programme d’action du gouvernement, refléter au mieux les priorités sectoriels dans le budget 2018 par les recommandations pertinentes qui seront issus de ces travaux. Il y a lieu de noter que le séminaire d’orientation budgétaire 2018 a connu la présence de Godefroid Misenga, Coordonnateur National du Coref, des Représentants des partenaires au développement et tant d’autres.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top