Liens commerciaux

0




Le climat n’est pas au beau fixe entre la République démocratique du Congo et l’Union européenne. Déterminé à dissiper le malentendu, le patron de la diplomatie congolaise, Léonard She Okitundu a mis à profit son séjour à Bruxelles pour discuter avec la Vice-présidente de la Commission Européenne, Mme Federica Mogherini. Au cours de cette rencontre tenue le mercredi 5 juillet, la levée des sanctions contre certaines autorités congolaises, ainsi que la tenue des élections et l’enquête sur les massacres au Kasaï ont été au cœur du débat.

Haute Représentante de l’Union européenne pour les Affaires Etrangèreset la politique de sécurité, Federica Mogherini a entamé des échanges avec Léonard She Okitundu, le Vice-premier ministre et Ministre congolais des Affaires étrangères sur la situation dans le pays et sur les relations entre la RDC et l’UE.
"Au cours de la discussion, la Vice-présidente de la Commission européenne a tenu à exprimer l’importance attachée au partenariat entre l’UE et la RDC. Elle a insisté sur le fait que la tenue d’élections transparentes et démocratiques dans les plus brefs délais représente le moyen de sortir d’une impasse politique aux graves retombées sécuritaires, économiques et humanitaires", précise un communiqué de presse diffusé par la Délégation européenne.
"Mme Mogherini, poursuit le communiqué, a rappelé également l’ouverture de l’UE à discuter des options pour appuyer le processus électoral, à partir de la définition du calendrier électoral". Elle a souligné, en outre, la nécessité pour la RDC de coopérer pleinement avec les experts des Nations Unies pour enquêter sur les violations graves des droits de l’homme dans le Kasaï, tout en signalant que les 27 continueront à apporter un soutien concret aux besoins des populations.

DISCUSSION FRANCHE ET CONSTRUCTIVE
Abordé au terme de cet entretien, She Okitundu a affirmé que le climat des discussions de cette première rencontre était ’’franc et direct’’. D’après le VPM congolais, la Vice-présidente de l’UE a, pour sa part, qualifié la discussion de ’’positive et constructive pour l’avenir’’.
D’après l’entourage du missi dominici de Joseph Kabila, ’’le Vice-premier ministre et Ministre congolais des Affaires étrangères déclare avoir exposé la conclusion du dialogue politique avec la formation du Gouvernement Tshibala, l’enrôlement avec le cap de plus de 30 millions de Congolais enregistrés, la situation humanitaire et judiciaire au Kasaï, marquée par le bras de fer de Genève où Kinshasa a obtenu gain de cause sur sa position’’.
She Okitundu a, par ailleurs, évoqué la prochaine mise en place du CNSA, la restructuration de la CENI et du CSAC, conformément à l’Accord du 31 décembre 2016.
’’SANCTIONS INJUSTES’’, MARTELE SHE OKITUNDU
"Au siège politique de l’Union européenne, le patron de la diplomatie congolaise a réitéré sa révulsion envers les mesures restrictives, dites ’’sanctions ciblées’’, qui ne respectent pas les grands principes du droit international, notamment la non ingérence dans les affaires d’un Etat et la souveraineté nationale, ainsi que les valeurs de la Convention Européenne des droits de l’Homme, dont le droit d’être entendu, la présomptiond’innocence… Suite à cela, Mogherini a bien reconnu que ces sanctions étaient ’’des outils politiques réversibles de l’Union Européenne’’",commente un membre de la délégation congolaise.
D’après cet officiel congolais, She Okitundu a insisté sur la défense de la dignité et de la souveraineté de la RDC, demandant à son interlocuteur de ’’ne pas sous-estimer la capacité pour le pays de prendre des mesures de réciprocité face à ces mesures illégales que l’Union Africaine vient de dénoncer à l’unanimité lors de son dernier Sommet’’.
En prévision du Sommet UE-Afrique de novembre prochain à Abidjan, la RDC s’attend à faire de ce sommet une tribune pour débattre de ces mesures restrictives et obtenir leur retrait, si cela n’est pas fait entretemps, a fait remarquer le ministre congolais des Affaires étrangères.

’’OKITUNDU N’EST PAS ALLE SOLLICITER DE L’AIDE’’
"Léonard She Okitundu espère que cette première rencontre ouvrira un nouveau chapitre avec l’Europe et qu’un dialogue suivi s’installera conformément à l’accord de Cotonou qui lie l’Afrique à l’Europe. Il a précisé qu’il n’est pas allé solliciter une aide financière pour la RDC en Europe, le Président Kabila ayant été clair sur le financement du processus électoral qui sera national. Cette rencontre était, selon lui, l’occasion de se dire des vérités, les yeux dans les yeux, entre partenaires", souffle un membre de la délégation congolaise.
"L’entretien entre She Okitundu et Mogherini intervient dans un contexte de tensions entre la RDC et l’Europe, suite aux mesures restrictives prises par le Conseil de l’Union Européenne contre des officiels Congolais, pour des faits présumés non jugés ni étayés de violations des droits de l’Homme. Ce que Kinshasa n’entend pas de cette oreille et a dénoncé énergiquement", martèle un proche du pouvoir.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top