Liens commerciaux

0
La mesure de restriction de diffusion des images sur les réseaux sociaux sera levée «dans quelques jours», annonce le ministre des Postes, Télécommunications et Nouvelles technologies de l’Information et de la Communication, Emery Okundji.

Dans une interview accordée mercredi 9 août à Radio Okapi, il a indiqué que la mesure de la limitation d’accès aux réseaux sociaux a été prise « pour des raisons de sûreté publique.»

Lundi 7 août dans la soirée, l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications du Congo (ARPTC) a enjoint aux opérateurs des Télécommunications de limiter la transmission des images et vidéos sur les réseaux sociaux. Une décision intervenue quelques heures après les violences entre les forces de sécurité et des personnes qualifiées d’adeptes de la secte Bundu dia Mayala. Ces violences ont fait 19 morts à Kinshasa et à Matadi (Kongo-Central), selon le bilan revu de la police.

«Il y a eu beaucoup d’images altérant la vérité et appelant à la violence qui circulaient dans les réseaux sociaux», argumente M. Okundji pour justifier cette restriction d’accès.
 
Attaque contre la liberté
 
«Le blocage d'images sur les réseaux sociaux est une attaque flagrante contre la liberté d'expression», a pour sa part déploré Amnesty International.

«L'ordre donné aux opérateurs du web de prendre des " mesures techniques " afin de limiter l'utilisation des réseaux sociaux est une attaque flagrante contre le droit de chacun de partager et recevoir des informations», a regretté Jean-Mobert Senga, chercheur sur la RDC à Amnesty International.

«Plus inquiétant encore, cet ordre intervient dans un contexte de crise politique qui s'aggrave et de risque élevé de violations des droits humains, contexte où les réseaux sociaux sont d’autant plus importants comme outils de documentation», a ajouté le chercheur.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top