Liens commerciaux

0


Les candidats éligibles à la retraite en 2017 sont en atelier d’orientation et de formation pour une mise à la retraite à visage humain. Il sera question au cours de cet atelier de leur apprendre la gestion des fonds perçus des activités génératrices de revenu.

C’est le ministre d’Etat à la Fonction publique qui a donné le go de ce séminaire d’un mois le lundi 31 juillet en la salle de Spectacle du Palais du Peuple. Appuyée par la Cellule de mise en œuvre de la réforme de l’administration publique dans son projet de reforme et de rajeunissement de l’administration publique (CMRAP-PRRAP). Cette formation est organisée par le secrétariat national pour le renforcement des capacités (SENAREC).
Au nom du président de la République, Michel Bongongo a salué les agents et cadres de l’administration publique pour les loyaux services rendus à la nation pendant leurs carrières. « Votre travail restera à jamais dans les mémoires des Congolais », a-t-il soutenu.
« Soyez rassurés que votre ministère a mis en place des mécanismes visant la sécurisation des droits statutaires de retraités qui prévoit les avantages de nature à donner un visage humain à la retraite », a précisé le ministre d’Etat.
En vue de sécuriser le fonds gouvernemental, constitué grâce à l’appui de la Banque Mondiale et alloué au paiement des indemnités de retraite, le ministère de la Fonction publique s’est voulu prévoyant . Il ainsi constitué une banque des donnée biométriques lors du tout recensement des agents éligibles à la retraite, dixit son ministre. Selon Michel Bongongo, la raison est simple. La perception des indemnités de retraite par voie bancaire sera conditionnée par le contrôle d’accès biométrique à travers le test d’emprunt pour s’assurer que seul l’agent bénéficiaire identifié par la Fonction publique touche le montant de la paie.
Par ailleurs, le ministre d’Etat a fait part de la détermination du Chef de l’Etat d’accompagner les retraités dans leur reconversion. Cet accompagnement qui s’inscrit dans le cadre de la formation ouverte le lundi dernier attend donner de nouvelles aptitudes et compétences aux retraités, et les outiller avec des informations utiles à leurs reconversions, a indiqué Michel Bongongo. Pour ce faire, le ministère de la Fonction publique, a-t-signalé, qu’il compte sur l’expertise des coachs du SENAREC.
Sur le plan opérationnel, le séminaire implique des formations sur différentes thématiques, a fait remarquer Michel Bongongo. Il s’agit entre autres de la sécurité sociale, de mutuelle de santé, de la reconversion professionnelle : création et développement d’une entreprise ainsi que de l’éducation financière : micro finances et banques.

UN REVE DEVENU UNE REALITE
Le coordonnateur de la CMRAP-PRRAP, Serge Bikoro, a fait savoir que ce projet a été mis en place a pour appuyer la paie des indemnités de fin de carrière pour ceux qui ont rendu de bons et loyaux services à la nation. Aussi pour appuyer création et l’opérationnalisation de la caisse nationale de sécurité sociale de l’administration publique (CNSSAP) pour une gestion efficace et durable de dossier des bénéficiaires.
Il est également destiné au lancement de la formation sur la reconversion afin de permettre aux retraités de devenir agent de développement. Serge Bikoro n’a pas manqué d’évoquer un mécanisme qui sera mis en place pour le traitement des conflits liés aux dossiers de retraités.
Aujourd’hui, il est satisfait de voir tous ces objectifs atteints. Ainsi, le coordonnateur de la CMRAP-PRRAP a remercié le Chef de l’Etat et le gouvernement de la République pour avoir tout mis en place pour offrir aux candidats à la pension une retraite honorable par la tenue de cette formation à la reconversion, en plus du coaching. Il a salué le financement de la Banque mondiale, à travers le PRRAP, pour avoir rendu réel ce qui n’était qu’un rêve au départ.
Pour sa part, le coordonateur du SENAREC a expliqué le déroulement de cette formation qui aura deux vacations. « Ce séminaire va fournir des informations de qualité en termes de consommation et de gestion de l’indemnité de fin carrière. A la fin de cet atelier, le SENAREC va remettre à chacun un document contenant des informations utiles pour leur permettre de choisir la libre voie afin de bien gérer leur retraite. « Nous vous encourageons à saisir cette opportunité pour vous garantir une retraite paisible », les a-t-il exhortés.

IL Y A UNE VIE APRES LA RETRAITE
Il y a une vie après la retraite, c’est le résumé des témoignages de certains retraités qui sont aujourd’hui devenus des coachs.
Augustin 68 ans révolu, a invité les éligibles à faire un choix. « Vous avez un choix à faire selon votre état de santé. Inscrivez-vous dans cette lutte pour avoir une activité génératrice de revenu afin d’avoir une retraite louable et à visage humain ». L’oisiveté tue, a-t-il mentionné, avant de les encourager à saisir cette opportunité qui n’arrive pas tous les jours. Car, il y a une vie après la retraite, a-t-il conclu.
De son coté Mme Marie-Jeanne Ekwalanga s’est réjouie d’avoir fait 48 ans de carrière dans l’administration publique. « Je suis fière d’être une retraitée reconvertie. J’ai beaucoup bénéficié de mes 48 ans de carrière », s’est-elle exprimée. La retraite n’est pas la fin du monde, a soutenu Marie-Jeanne Ekwalanga. Elle a encouragé les éligibles de 2017 à rester debout pour vivre longtemps après la retraite.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top