Liens commerciaux

0


Théophile Mbayo Kifuntwe a été élu, par acclamation, dimanche 13 août à la tête de l’Union pour le développement du Congo, UDCO, pour un mandat de 5 ans renouvelable. Le Conseiller principal au Bureau du Président de la République en charge du Collège politique a été porté à la tête du parti cher à feu Banza Mukalay à la faveur du Congrès extraordinaire organisé à Kinshasa le même dimanche.

Théophile Mbayo fait le pari de tout mettre en œuvre pour réunifier totalement le parti et lui permettre de redémarrer sur de nouvelles bases. "Le temps n’est plus aux querelles intestines, ni à des médisances. L’esprit de camaraderie que notre feu président, Baudouin Mukalay Nsungu, a fait régner dans notre parti depuis sa création en 2007 et qui nous a permis d’être soudés doit être préservé", indique le nouveau président de l’UDCO. Il nourrit l’ambition d’en faire une des grandes formations politiques du pays. "Je ne ménagerai aucun effort pour la recherche des voies et moyens devant nous permettre de fédérer l’ensemble de nos militants. A tous les camarades de l’UDCO, nous avons besoin de nous mettre ensemble a-t-il recommandé. Nous avons besoin de regarder dans la même direction, nous avons besoin de construire ce que nous avons commencé depuis longtemps. J’appelle chacun à mettre du sien pour faire de ce parti une grande formation dans notre pays."
Un jour avant ce congrès extraordinaire, samedi 12 août, les membres du parti se sont réconciliés. La preuve, 4 députés sur 6 et tous les 2 sénateurs étaient présents au Congrès. Pour le nouveau président, "c’est déjà une avancée significative vers la réunification, mais il faut continuer de façon à ramener tout le monde, tel que l’avait laissé l’initiateur, Banza Mukalay", fait-il savoir.
Un an après le décès de l’initiateur de l’UDCO, Baudouin Banza Mukalay, le parti a connu des moments de turbulence dans sa marche à telle enseigne qu’il a perdu son image de marque d’un parti politique à caractère national. Le dualisme consécutif au déficit du leadership a entraîné la dislocation du parti et la perte de sa position dominante dans l’espace de la Majorité présidentielle.
Le président de l’UDCO demande à tous les militants de continuer à faire confiance à l’autorité morale, Joseph Kabila, à lui témoigner un indéfectible attachement dans sa volonté à faire de la RDC une puissance au cœur de l’Afrique.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top