Liens commerciaux

0


L’ancien ministre de l’industrie Germain Kabinga a déploré jeudi 8 août le cycle de violences dans lequel le pays s’engouffre et la dégradation économique que cela entraîne. Dans un communiqué de presse publié jeudi 10 août dont une copie est parvenue à C-News, le parti politique Liberté note avec une profonde tristesse le bilan des journées du lundi 07, mardi 08 et mercredi 09 août 2017 qui ont vu, pour une énième fois, le pays s’engouffrer dans un cycle de violences « inutile et injuste » entraînant une dégradation de l’économie congolaise.



Germain Kambinga, fondateur de ce parti politique centriste, se dit choqué de lire et d’entendre les déclarations de 2 camps antagonistes qui pour l’un se félicite du bilan global de ces manifestations et pour l’autre minimise leur portée dans le processus politique en cours. « Ces deux attitudes révèlent deux visions aux antipodes qui risquent d’entraîner le pays vers des conséquences irréversibles pour sa stabilité politique, économique et sociale », souligne le communiqué.



L’ancien ministre de l’industrie qui voit se dessiner le spectre d’un embrasement généralisé, s’engage à alerter la Majorité Présidentielle ainsi que le Rassemblement sur le fait, dit-il « qu’il est plus que temps de revenir à la table de discussions pour enrayer l’escalade en cours ». Pour rappel, l’élu de Lukunga à Kinshasa avait préconisé une transition de 18 mois avec la formule 1+3 pour sortir la RDC de la crise.
Maintien de Kabila à la tête du pays (1), primature à Félix Tshisekedi, CNSA à Vital Kamerhe. Bien entendu, avec le retour de Katumbi en homme libre comme mesure de décrispation phare.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top