Liens commerciaux

0

Le Secrétaire Général de la Majorité Présidentielle, Aubin Minaku a trompé Joseph Kabila et Antoine Gizenga au sujet de l’élection du Gouverneur de la Province du Kwilu. C’est lui donc le grand vainqueur.
Selon des sources proches de l’Assemblée provinciale, le Gouverneur élu a bénéficié du soutien de Minaku, qui avait pourtant reçu l’instruction de sa hiérarchie de tout mettre en oeuvre pour que les députés de la Majorité Présidentielle soutiennent la candidature du Palu et Pprd.

A quoi auront servi les moyens mobilisés par la Majorité Présidentielle pour soutenir le ticket Luboto (Palu)-Bulukungu (Pprd) si les voix des députés d’Idiofa (chez Minaku), Bulungu (chez Mikulu, l’envoyé du Sg de la Majorité présidentielle) et une partie de Masimanimba (des proches de Minaku et Mikulu)?

Si cette question laisse perplexe la population du Kwilu qui, visiblement, n’a pas apprécié l’élection de Balabala, une certaine opinion soutient qu’il s’est agi d’une manoeuvre orchestrée par le Secrétaire général de la Majorité présidentielle, en quête de leadership dans l’ex-Bandundu, pour faire voir à Joseph Kabila que le Palu n’existe plus dans le pays. Et pourtant, le parti de Gizenga a donné toutes ses 12 voix (alliés compris) au ticket de la Majorité présidentielle. Une preuve de fidélité.

Selon des informations qui circulent depuis samedi 26 août, le Palu envisagerait de rompre l’accord politique qui le lie à la Majorité présidentielle. Il serait prêt à demander à tous ses membres de quitter les institutions à cause de la duplicité de Minaku dans ce dossier, qui a pourtant rassuré la veille le Président de la République et le Patriarche Gizenga, réunis à la résidence de Chef du Palu à Mont-Fleury pour traiter de la question, que la victoire du ticket Luboto-Bulukungu était acquise.
Au finish, c’est fut la victoire de Minaku via le ticket de ses poulains Balabala et Mapanda.

Contacté, un chef de base du Palu nous a indiqué qu’il est plus qu’urgent que le Bureau Politique se réunisse pour lever l’option définitive à ce sujet. Car, estime-t-il, le cas de Balabala n’est que la continuité d’une série de tromperies qui doit absolument s’arrêter.
Les prochaines heures nous en diront plus.
CP
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top