Liens commerciaux

0


*Lors du lancement d’une série de matinées politiques, ce dimanche 20 août, au siège du MPCR, à Ngiri-Ngiri, Kitenge Yesu, le Président du Bureau Politique de la Convention des Républicains et l’un des Sages du Rassemblement des Forces Politiques et Sociales Acquises au changement, invite le Président de la République, Joseph Kabila Kabange à retrouver le chemin salutaire de la démocratie, de la liberté, de la fraternité et de la cohésion nationale. A son avis, ‘’ce chemin n’est autre que celui de la Cenco. Oui, il n’y a qu’une voie et une seule, qui mène à la résolution efficace de la crise politique actuelle. Il n’y en a pas deux. C’est celui de l’application intégrale et sans faille de l’Accord du 31 décembre 2016. Procéder autrement, c’est chercher, désespérément, à faire un trou dans l’eau’’, soutient-il.

Le Patriarche Kitenge Yesu se fait fort d’indiquer une sorte de feuille de route à la classe politique. Concrètement, il demande au Président Kabila de redonner, sans tarder, mandat à la CENCO pour parachever la mise en place de l’Accord de la Saint Sylvestre parce qu’il ne reste que deux pourcent, selon ses propres propos, pour le parfaire. Selon lui, la logique commande que la CENCO aille jusqu’au bout de sa mission de conciliation de la classe politique qui a été saluée par l’ensemble du peuple congolais et la communauté internationale. Le retour aux fondamentaux de l’Accord du 31 décembre 2017, si l’on veut bien sortir le pays du bourbier, implique que, très prochainement, le Premier Ministre de la RDC soit légitimement issu du Rassemblement et qu’il entre en fonction de plein droit et que Joseph Kabila et sa famille politique ne se mêlent pas de la désignation du président du CNSA, prérogative qui revient au seul Rassemblement, dépositaire des instruments et symboles de Genval. Dans la perspective de la tenue des élections apaisées, l’Accord de la Saint Sylvestre prévoyait, rappelle-t-il, que les prisonniers politiques et d’opinions soient libérés et que les poursuites engagées contre certains opposants soient abandonnées.

Il estime, en définitive, que si CENI publie sans tarder le calendrier électoral et

que la Résolution 2348 du Conseil de Sécurité des Nations Unies est prise en compte dans la gestion de la crise actuelle, l’atmosphère politique, devenue délétère et totalement crispée, pourrait susciter autant d’espoirs que des migraines à la tête et des crampes à l’estomac.

Plus loin, Kitenge Yesu qui, au passage, se dit peiné, regrette que le pays, au-delà de la crise politique, en soit arrivé à des faiblesses institutionnelles, pourtant, surmontables. A celles-ci, insiste-t-il, il s’est greffé, malheureusement, un marasme économique profond. ‘’Tous les équilibres macroéconomiques sont rompus. En quelques mois, la monnaie nationale a perdu plus de cinquante pourcent de sa valeur par rapport au dollar américain. La balance des paiements accuse un déficit de plus en plus prononcé. Les finances publiques ne cessent de se dégrader. Une inflation galopante a réduit sensiblement la consommation des ménages. L’économie nationale est entrée dans une phase de décroissance entraînant, du coup, la perte d’emplois et l’augmentation de la pauvreté. Le lumpenprolétariat augmente très vite et constitue la réserve intarissable d’énergie pour le tsunami de demain. Jamais le pays n’a autant été un mouroir. Il ne se passe pas plusieurs jours sans que des vies soient arrachées brutalement à nos compatriotes notamment, dans la province du Nord-Kivu. Certains observateurs placent aujourd’hui la RD. Congo parmi les Etats les plus atteints par l’insécurité en Afrique’’, déclare-t-il, tout haut, dans le discours, ci-dessous, qui interpelle et rappelle bien des sages conseils à l’endroit de tous. Auparavant, Kitenge Yesu, en ouvrant ces Matinées Politiques qui ne peuvent qu’être placées sous la présidence de Dieu, a pensé à un homme. ‘’C’est à dessein que je le nommerai tout simplement Président. Car, il n’appartient ni à l’UDPS, ni au Rassemblement, mais au Peuple ! Oui, je l’affirme tout haut et personne ne me défend: Etienne Tshisekedi wa Mulumba est le Peuple. Ensemble, ils font corps ! Sphinx, gardien de la Démocratie. Il est aussi à l’intérieur de la Pyramide de Khéops. Il est le Sphinx et la Pyramide. Et ils font corps!’’, en guise d’hommages à l’illustre monument, Etienne Tshisekedi, décédé le 1er février 2017, à la Clinique Sainte Elisabeth, à Bruxelles et dont le corps n’a même pas encore été rapatrié à Kinshasa, ni inhumé à N’sele, comme l’avaient si bien convenu l’Udps, sa famille biologique et les autorités congolaises.

Mieux que quiconque, Kitenge Yesu se veut méticuleux, dans son analyse de la situation du pays, si complexe soit-elle. Il y a lieu de le lire attentivement. Car, tout est à prendre au sérieux.

LPM



CONVENTION DES REPUBLICAINS

Matinées Politiques

Thème: le retour à l’Accord du 31 décembre 2016-Cap sur les élections en vue de l’alternance du pouvoir

Discours magistral par le Président du Bureau Politique

Collègues Présidents des partis politiques et personnalités de la CR,

Combattantes, Combattants,

Chers compatriotes,

Ce dimanche, en ouvrant ces Matinées Politiques qui ne peuvent qu’être placées sous la présidence de Dieu, je pense à un homme.

C’est à dessein que je le nommerai tout simplement Président.

Car, il n’appartient ni à l’UDPS, ni au Rassemblement, mais au Peuple !

Oui, je l’affirme tout haut et personne ne me défend: E. TSHISEKEDI est le Peuple. Ensemble, ils font corps !

Sphinx, gardien de la Démocratie. Il est aussi à l’intérieur de la Pyramide de Khéops. Il est le Sphinx et la Pyramide. Et ils font corps!

En sa haute et illustre mémoire, veuillez vous lever et garder une minute de silence!

Dieu a compensé nos peines. Qu’Il soit loué ! Nous avons perdu le leader maximo, nous avons gagné le leader proximo.

La République Démocratique du Congo, notre mère-patrie est très malade. Ses enfants souffrent. Ils baignent dans un océan de misère. Le pays est malade à cause de la crise politique artificielle créée et entretenue par un homme. Un homme qui met en avant ses intérêts individuels au détriment de ceux de tout un peuple. Un homme qui est situé à plusieurs années-lumière du sens de l’intérêt général, objet admis universellement de l’action politique.

Oui, le Congo démocratique est malade par la faute de la MP. Une maladie qui a atteint la phase de ce que les spécialistes nomment politstase. L’ensemble du corps social en est frappé, en commençant par les hautes institutions politiques du pays.

En effet, la perte de crédibilité interne et externe et l’absence d’indépendance caractérisent aujourd’hui les grandes institutions nationales. Tenez:

Qui n’a pas été choqué dernièrement devant l’instrumentalisation des présidents de deux chambres du Parlement de la République dans l’entreprise de sape de l’Accord du 31 décembre 2016 ?
Qui ne reste pas surpris devant la complaisance de certains Arrêts rendus par la Cour Constitutionnelle ?
Qui ne s’interroge pas devant le silence assourdissant du Parquet concernant notamment, l’affaire des passeports ?
Qui ne sait pas que la CENI joue le rôle d’appendice de la Majorité Présidentielle ?
Qui croit en la capacité du Gouvernement ou ce qui l’en reste, d’offrir les élections à notre peuple à bonne date et sortir le pays de cette crise multiforme?
A ces faiblesses institutionnelles, se greffe un marasme économique profond. Tous les équilibres macroéconomiques sont rompus. En quelques mois, la monnaie nationale a perdu plus de cinquante pourcent de sa valeur par rapport au dollar des Etats-Unis. La balance des paiements accuse un déficit de plus en plus prononcé. Les finances publiques ne cessent de se dégrader. Une inflation galopante a réduit sensiblement la consommation des ménages. L’économie nationale est entrée dans une phase de décroissance entraînant la perte d’emplois et l’augmentation de la pauvreté. Le lumpenprolétariat augmente très vite et constitue la réserve intarissable d’énergie pour le tsunami de demain.

Jamais le pays n’a autant été un mouroir. Il ne se passe pas plusieurs jours sans que des vies soient arrachées brutalement à nos compatriotes, notamment dans la province du Nord-Kivu. Certains observateurs placent aujourd’hui notre pays parmi les Etats les plus atteints par l’insécurité en Afrique.

Chers compatriotes,

Ce roman noir de notre pays est une honte nationale. Il doit nous interpeller. Il ne peut, en aucun cas, être une fierté pour notre peuple. Un peuple dont l’aspiration à la grandeur et à la dignité est connue de tous et reconnue par tous.

Nous ne pouvons donc, laisser personne saper ces ambitions populaires, somme toute légitimes. Joseph Kabila doit tourner le dos à son entêtement et à ses égarements et retrouver le chemin salutaire de la démocratie, de la liberté, de la fraternité et de la cohésion nationale. Ce chemin n’est autre que celui de la Cenco.

Oui, il n’y a qu’une voie et une seule, qui mène à la résolution efficace de la crise politique actuelle. Il n’y en a pas deux: c’est l’application intégrale et sans faille de l’Accord du 31 décembre 2016.Procéder autrement, c’est faire un trou dans l’eau.

Partant de cette conviction, je me fais fort d’indiquer cette sorte de feuille de route à la classe politique, en général, et à Joseph Kabila, en particulier :

Que le Président de la République redonne sans tarder mandat à la CENCO de parachever la mise en place de l’Accord de la Saint-Sylvestre parce qu’il ne reste que deux pourcent, selon ses propres propos, pour le parfaire. La logique commande que la CENCO aille jusqu’au bout de sa mission de conciliation de la classe politique qui a été saluée par notre peuple et la communauté internationale.
Conformément à l’Accord du 31 décembre 2016, que le Premier Ministre de la RDC issu légitimement du Rassemblement entre en fonction de plein droit et que Joseph Kabila et sa famille politique ne se mêlent pas de la désignation du président du CNSA, prérogative qui revient au seul Rassemblement, dépositaire des instruments et symboles de Genval.
Conformément à l’Accord du 31 décembre 2016, que les prisonniers politiques et d’opinions soient libérés et que cessent les poursuites contre Moïse Katumbi notamment.
Que la CENI publie sans tarder le calendrier électoral.
Que la Résolution 2348 du Conseil de Sécurité des Nations Unies soit prise en compte dans la gestion de la crise politique actuelle.
La MP semble dire, nous n’avons pas échoué, mais nous avons trouvé dix mille moyens qui ne fonctionnent pas. En d’autres termes, la faute au thermomètre.

Nous ne sommes pas de moutons. “Pour être un membre irréprochable parmi une communauté de moutons, il faut avant toute chose être soi-même un mouton”. Albert Einstein

Peuple, je loue votre courage: “Le courage est comme un muscle, nous le renforçons à l’usage.” Voilà pourquoi, il faut pratiquer la feuille de route du Rassemblement, une manière de vous prendre en charge et d’affirmer votre suprématie.

Peuple, ce combat, c’est votre propre combat. Mais, il est conduit, encadré et incarné par le Rassemblement, votre Rassemblement.

Si tu refuses ton propre combat, on fera de toi le combattant d’une cause qui n’est pas la tienne. [Jean Rostand]

Combattantes, combattants,

S’agissant des rumeurs sur les prétendus contacts entre Joseph et Félix. Pour nous, ce n’est ni un scoop, ni une fatalité.

Félix est le Président du Rassemblement. Vous me direz que président et prisonnier commencent par p puis r. Mais, est-ce sérieux de faire de Félix le “prisonnier” du Conseil des sages. C’est, ne pas lui faire confiance. Les membres du Rassemblement ont-ils peur de leur propre ombre? Au Rassemblement, s’il y a quelqu’un d’insoupçonnable, c’est bien à mon avis d’abord, Félix. Il a le poids du peuple sur ses épaules, celui de l’UPDS, celui du Rassemblement et, enfin, le patrimoine dont il n’est pas le créateur mais en quelque sorte, l’héritier de par la volonté et la détermination des uns et des autres et chargé d’en entretenir la flamme. Dont il est, qu’on l’aime, qu’on ne l’aime pas, le porte flambeau. A qui et à quel prix peut-il vendre tout cela? L’heureux acquéreur aura-t-il suffisamment de ressources et de place pour stocker tout cela? J’en doute !

Un commandant de bord ne débarque pas de l’avion avant tous ses passagers, tout comme il ne peut sauter en parachute et laisser ses passagers seuls. Félix est plus qu’un simple commandant d’aéronef.

Un jour, un pasteur me disait qu’un chef du personnel menaçait un agent qu’il détestait : “tant que je serai à cette place, vous n’aurez jamais de promotion”. L’agent a mis cette menace dans ses prières. Peu après le chef du personnel à été révoqué et l’agent l’a remplacé.

Un jour encore, un homme battait sa femme. Et l’homme disait: venez vite sinon je vais tuer cette femme. Mais, quand les voisins sont entrés dans la maison, la femme maintenait fermement l’homme au sol.

Je suis le premier à avoir déclaré que Félix n’est pas une pièce de rechange pour un moteur usé. Mais, face à cette fiction, je suis également celui qui s’exprime en paraboles, tout haut et personne ne m’en empêche:

Mpala ne mpala biamonangana dikoshi ne nyima mukua bumubidi: Il n’y a que les montagnes qui ne se rencontrent pas.

Ne dites pas, fontaine je ne boirai jamais de ton eau.

On ne négocie, ni ne signe l’armistice ou la reddition pourquoi pas, à distance, par télépathie?

Le temps n’appartient pas à celui qui l’attend mais à celui qui le gère!

Ceci pour dire, voire appuyer, l’Honorable Jean-Claude Vuemba: il n’y a rien de déplacé dans ses récentes déclarations sur ce sujet !

Autre chose, l’honneur qu’il nous a fait d’être ses hôtes d’un jour en nous offrant ce cadre, son cadre, notre cadre est une faveur qu’il nous a faite; ceci après que la Commune de Ngiri-Ngiri ait interdit à la Convention des Républicains de tenir ses assises dans une salle de location privée, non loin d’ici.

Nous n’en ferons rien, mais Dieu est témoin!

Messieurs les Présidents,

Pour terminer, je dirai ceci à l’adresse:

De la MP: quelle que soit la profondeur des plaies, tout ce qui a été modelé par Etienne Tshisekedi finit toujours par se relever: l’UDPS, le Rassemblement, la Démocratie, la Conscience populaire, la prise en charge du peuple par lui-même. En politique, l’outrecuidance mène à tout, y compris à l’autodestruction. A eux qui tiennent un langage de fermeté, et qui posent des actes inconséquents, ils devraient montrer quelque part qu’on peut trouver des solutions. Notre peuple continuera à rejeter et plus fort, à combattre toute forme de décisions non consensuelles et qui ne respectent pas l’Accord du 31 décembre 2016.
N’hystérisez pas le débat.

Il vaut mieux perdre la guerre mais gagner la Paix. Gagner la paix est plus noble que gagner la guerre. En 1997, votre mouvement-père qui vous a engendrés a gagné “brillamment” la “guerre”, mais depuis 20 ans, vous peinez à rétablir la paix et à gagner les cœurs.



A propos de Félix, retenez ceci: Celui qui doit vivre survit même si tu l’écrases dans un mortier.



Du Président de la République, avec tout le respect dû à la fonction: Un proverbe indien dit: Ne coupe pas les ficelles quand tu pourrais défaire les nœuds!
Donnez à la politique sa capacité d’agir.

“Le danger, ce n’est pas ce qu’on ignore, c’est ce que l’on tient pour certain et qui ne l’est pas.”

Le peuple n’est pas violent, il appartient au pouvoir de casser sa technique de la violence.

La force doit servir à protéger plutôt qu’à frapper!

Point n’est besoin d’élever la voix ou d’utiliser la force si on a raison.

La faiblesse de la force est de ne croire qu’à la force.

La grandeur d’un homme réside dans son humanité. Celle du président aussi. Pas un seul brin de magnanimité en 16 ans, excepté peut-être, le retour en toute quiétude avant les accords de Sun City, de certains exilés de mai 1997.

Vous plairait-il de le montrer envers les meilleurs d’entre nous qui croupissent dans les prisons du pays et qui sont à l’article de la mort: Diomi, Diongo, Muyambo.

A ce propos, je suis gêné d’apprendre que l’Ambassadeur d’Italie est intervenu auprès du Ministre de la Justice pour l’évacuation sanitaire de Diomi Ndongala.

Pour sa part, pourquoi le Rassemblement n’engagerait-il pas aussi une démarche en bonne et due forme, une démarche humanitaire ? Personnellement, je suis à la fois tenté et hésitant à entamer une démarche similaire. Et si par hasard, elle s’avérait concluante, dans ce monde de suspicions, serai-je flatté ou abimé?

De Félix, “Celui qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards, ni patience.”René Char
C’est ce que vous faites qui vous a fait, mais ce n’est ce que les autres disent de vous ou veulent vous faire dire.

“L’homme est ce qu’il fait”, a dit le philosophe André Malraux.

N’allez pas là où le chemin peut mener. Allez là où il n’y a pas de chemin et laissez une trace. Ralph Waldo Emerson

Des Sages du Rassemblement, la vie se construit avec des difficultés et des échecs, ils en sont le ciment et le mortier.
Sages des sages: Quand la passion entre par la porte, la raison s’enfuit par la fenêtre.

Méditons sur ce bout de phrase, sur cet enseignement: “Un homme pleurait parce qu’il n’avait pas de souliers jusqu’au jour où il a rencontré un homme qui n’avait pas de pieds.”

Du Vaillant Peuple et c’est par là que je conclurai: Peuple congolais,“Tourne-toi vers le soleil et l’ombre sera derrière toi.”
ELECTIONS?



EKOSALEMA!

ALTERNANCE?



EZA KOYA!

FELIX NA RASSEMBLEMENT ?



BAKOLONGA !

Tel est le message que j’ai tenu à partager avec vous ce jour.

Vive la Convention des Républicains



Vive le Rassemblement



Vive la Démocratie Constitutionnelle



Vive la République démocratique du Congo

Je vous remercie et aussi pour votre présence nombreuse.

Kinshasa, le 20 août 2017
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top