Liens commerciaux

0


« Une commission de sensibilisation a passé deux semaines de rencontres avec les partenaires locaux dont les mineurs artisanaux, les négociants, les entités de traitement impliqués ainsi que les autorités politico-administratives et celles chargés de la sécurité » a indiqué le Ministre Provincial des mines, Anselme Kitakya, lors d’un point de presse ce samedi 29 juillet à Goma. Cette commission a communiqué l’accord du 1er Juin 2017 signé à Kinshasa qui stipule la migration pacifique des creuseurs artisanaux restants dans la concession de la société ALPHAMIN MINING BISIE (ABM SA) endéans les 7 mois (Jusqu’en janvier 2018) Walikale dans le territoire de . Pour Madame Yvettes Mwanza de la FEC Goma, » l’Etat a tout intérêt à protéger un investisseur qui a le courage de venir dans une zone insécurisée pour créer une industrie ».

Des investissements qui dépassent les 160 millions de dollars selon Richard Robinson, Directeur General de ABM SA. Pour le ministre, « Le grand impact du projet, c’est l’emploi, améliorer la qualité de vie de creuseur et les initier au système bancaire contrairement au troc auquel ils étaient soumis avant ».
Pendant cette période, les creuseurs artisanaux légalement enregistrés seront autorisés à continuer leurs activités sous moratoire tout en respectant le Code Minier et les règlements en vigueur et à vendre directement aux entités, et que sélectionneront les entités avec lesquelles sera finalisé un accord sur les conditions d’achat des minerais de sa concession. L’enregistrement clôturé le 26 juillet dernier avec la réception, par 1200 résidents de MaNoire, des cartes biométriques de creuseur, valables pendant la durée du moratoire qui va expirer en février 2018.

RESPECTER L’ACCORD DU 1ER JUIN
Les divers partenaires s’approprient sans heurts et dans le strict respect des droits humains les accords du 1er juin avec l’application des dispositions sécuritaires par les services d’ordre en l’occurrence la Police des Mines.
La Commission de viabilisation créée dans le but d’évaluer et optimiser le potentiel de la production artisanale dans les 19 sites validés à ce jour, ainsi que dans les 10 zones d’exploitation minière vers lesquels les creuseurs de Bisie devront migrer a commencé son travail. La CNLFM et les officiels du Ministère des Mines, avec l’apport des experts nationaux et internationaux, ont déjà approuvé une première étude portant sur 4 sites, laquelle étude a été par le Centre d’Etudes et d’Expertise Géologiques, CEEG en sigle, une entreprise locale de Consultance en géologie.
Les résultats initiaux seront disponibles endéans un mois. Le cout de cette évaluation est partagé entre ALPHAMIN, 9 entités de traitement et la Province du Nord Kivu avec les avis techniques de SAKINA, qui est un majeur détenteur de titre.
Ce regroupement d’operateurs miniers de Walikale s’engage à des investissements supplémentaires pour développer les sites prometteurs qui abriteront les creuseurs de Bisie au cours de 7 mois à venir. La Société ABM SA a signé des accords avec six entités de traitement basées à Goma permettant d’acheter des minerais directement auprès des creuseurs détenteurs de cartes officielles. Le système iTSCi de traçabilité est respecté du fait de la présence des agents de la Division Provinciale des mines et SAEMPE (Ex-SAESSCAM) pour superviser l’achat et l’étiquetage. Il est estimé qu’une première cargaison de 10 tonnes achetées directement auprès des creuseurs reconnus arrivera bientôt à Goma pour traitement et exportation vers la chaine globale d’approvisionnement comme minerais non conflictuel.

LUTTER CONTRE LA FRAUDE
La Commission Nationale de Lutte Contre la Fraude Minière (CNLFM) accompli des progrès significatifs dans le suivi de la mise en œuvre de l’accord du 1er Juin signé à Kinshasa entre la CNLFM et les partenaires du secteur minier du territoire de Walikale impliqués dans la réflexion sur la question de l’exploitation illégale des minerais dans la concession de la Société ALPHAMIN BISIE MINING SA (ABM SA) à Bisie.
En outre, il a été convenu que les « Stocks existants des minerais » à Ndingala seraient l’objet d’une enquête judiciaire. Les détenteurs de ces minerais seraient identifiés et une sanction leur serait appliquée pour décourager l’achat illégal des minerais en provenance des sites non autorisés tout en utilisant des tags iTSCi destinés à d’autres sites validés, ouvrant ainsi la voie à des exportations frauduleuses.
La commission chargée des stocks a travaillé pendant 3 semaines, sous la direction de l’Avocat General de la République, ainsi que d’autres acteurs. 374 tonnes de stock existants ont été identifiés, leurs détenteurs identifiés également, la source de leur provenance a été confirmée comme étant la concession ABM de Bisie.
Les minerais regroupés avaient alors été étiquetés pour traitement et exportation comme minerais non conflictuels. Une contribution transactionnelle a été fixée entre entre les détenteurs et la CNLFM pour décourager dans le futur toute pratique illégale.
Selon le ministre, un comité se suivi sera bientôt mis sur pied pour accompagner la mise en œuvre des résolutions arrêtées à Kinshasa en date du 1er juin dernier. Le ministre National des mines a engagé son Ministère à endosser lesdites issues des assises de Kinshasa en parfait accord avec la coordination nationale de la CNLFM . des creuseurs de Bisie.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top