Liens commerciaux

0



Les FARDC ont engagé les deniers combats contre les "Maï-Maï" "MAZEMBE", à Muhola, dans les faubourgs de Butembo, la métropole Nande dans le Nord-Kivu. Les hostilités ont duré toute la journée de dimanche dernier avant que les "MAZEMBE" mis à genoux par la force de frappe des loyalistes n’aient pris fuite laissant sur le théâtre des opérations sept morts parmi lesquels 4 miliciens et 3 civils. Le samedi, un jour avant la bataille, le premier affrontement avait fait perdre aux "MAZEMBE", trois hommes. Zéro perte du côté des FARDC.

C’est du moins le bilan que donne le capitaine Mak Azukay, le porte-parole de l’Opération -"SUKOLA-1" qui livre cette information de la débandade des combattants du groupe armé local dénommé "MAZEMBE" dans la région de Butembo, son fief naturel, à 45 Km de Beni-ville et 350 de Goma, la capitale du Nord-Kivu. La milice Maï-Maï " MAZEMBE ", composée exclusivement de membres de la communauté Nande est active dans la zone de Butembo et Lubero, dans des localités essentiellement habitées par les Nande.
Les " MAZEMBE " sont nés d’un sentiment de frustration ressenti après le massacre féroce, fin 2015, à la machette par les Hutu rwandais des FDLR de 18 Nande dans l’agglomération de Miriki, dans le Sud-Lubero juste à côté d’un campement de la MONUSCO. Ce massacre a révolté plus d’un plus particulièrement la communauté Nande.
On comprend dès lors très facilement comment il se fait que dans les mois qui suivent ce massacre de Miriki est née la milice "MAZEMBE" d’obédience tribale Nande. Son objectif est d’éviter à tout prix la répétition du massacre de Miriki et de protéger les Nande partout où ils sont brimés par les autres groupes armés.
Premiers dans leur viseur, les Hutu rwandais des FDLR. Pas seulement pour Miriki mais surtout la situation sécuritaire dans le Sud-Lubero, en plein pays Nande. Là, ce sont les Hutu rwandais de FDLR qui colonisent la région depuis plusieurs années. Ils ont instauré leur "Etat" où ils prennent en esclavage les membres de la communauté Nande.
Les FDLR légifèrent dans le Sud-Lubero, installent leurs propres Tribunaux et rendent des jugements illégaux généralement pour déposséder les Nande de leurs vastes propriétés foncières acquises à la sueur de leur front pour les réattribuer aux Hutu congolais. Les FDLR lèvent une taxe de sécurité payable par tous même les enfants Nande et non la communauté Hutu qui est exemptée de cet impôt.
C’est cet état des choses que les "MAZEMBE" sont déterminés à stopper. A la satisfaction de la population, ils lancent l’assaut et harcèlent les Hutu rwandais des FDLR sur toutes les plates fortes du Sud-Lubero encore en leurs mains. Ces opérations de sape font mouche et contraignent les FDLR à abandonner plusieurs positions importantes avant de battre en retraite dans tout le Sud-Lubero où les "MAZEMBE" font leur entrée victorieuse. Ils sont signé la fin des Hutu rwandais des FDLR grâce à l’appui des populations.
Il faut noter le fait que ces opérations des "MAZEMBE" contre les FDLR dans le Sud-Lubero ont coïncidé avec celle des FARDC dans tout le Nord-Kivu à l’exception du Sud-Lubero, un territoire de forêt totalement inaccessible où il est quasiment impossible de mener une opération militaire conventionnelle. A ce jour, les "MAZEMBE" opèrent dans la zone de Butembo, Lubero et une partie de Walikale. Sur le terroir Nande, ils sont mis en difficulté par les hommes de "Nduma defense of Congo "/Rénové (NDC/R) du chef de guerre Guidon, qui ont installé le même système d’asservissement que sous l’Empire des Hutu rwandais des FDLR.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top