Liens commerciaux

0



Le suspense est enfin levé. L’enrôlement et l’identification des électeurs dans les deux provinces du Kasaï, démarrent dès ce lundi 4 septembre. Y compris dans quelques territoires de la nouvelle province de Lomami où les mêmes opérations n’avaient pas été organisées en leur temps. C’est ce qui ressort de la réunion d’évaluation du processus électoral ouverte hier mercredi 30 août à Kananga sous la présidence du vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur et sécurité, Emmanuel Ramazani Shadary.

Le patron de la Territoriale s’est réjoui de constater que le Gouvernement a rempli sa part du contrat jusqu’à ce jour, pour ce qui est du financement du processus électoral, affirme Emmanuel Shadary et qu’il continuerera à soutenir ce processus jusqu’au bout. Abordant la question sur le cadre légal restant pour parachever le processus électoral, le Gouvernement, a-t-il déclaré, a pris l’engagement de transmettre au Parlement les projets des lois attendus par la CENI.
S’agissant de la sécurisation du processus, incombant à l’Exécutif national, le numéro 1 de l’Intérieur précise que jusqu’à la date d’hier mercredi 30 août, les opérations électorales se sont déroulées sans incidents majeurs. Ce qui augure, selon lui, des lendemains meilleurs pour les prochaines échéances. Emmanuel Shadary n’a pas manqué de rassurer toutes les parties prenantes de la tenue effective du scrutin. « Les élections auront bel et bien lieu. Il faut s’y préparer », dit-il, la pacification totale de l’espace grand Kasaï.

DEFI A RELEVER DANS L’ORGANISATION DES ELECTIONS
Le Président de la CENI a, pour sa part, dressé l’état des lieux du processus d’enrôlement en cours caractérisé par des avancées majeures. A ce jour, indique Corneille Naanga, 40.600.000 électeurs sont déjà inscrits sur 45.000.000 attendus, soit 98% des prévisions.
Cependant, le patron de la centrale électorale fait savoir que le financement du processus et les lois restantes sont des défis à relever avec diligence. Pour la suite du processus, il souligne que la contribution des partenaires est certes nécessaire. Mais dans le respect de la souveraineté de l’Etat.
Le vice-président du CNSA, Adolphe Lumanu, a rappelé aux participants à la messe de l’ex-Luluabourg, les missions de cette institution d’appui à la démocratie. Il s’agit, entre autres, de veiller au respect strict de l’Accord du 31 décembre 2016 par toutes les parties prenantes et du suivi de tout le processus électoral, de participer à toutes les réflexions y relatives.
Le VPM Emmanuel Ramazani Shadary est accompagné à cette réunion d’évaluation du processus électoral de 4 ministres d’Etat et 3 ministres, des présidents de la CENI et du CSAC, du vice-président du CNSA et des chefs des missions diplomatiques et représentants des agences des Nations Unies ainsi que des organisations internationales. La clôture de la réunion est prévue pour ce vendredi 1er septembre.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top