Liens commerciaux

0





* Fatshi ne jure, cependant, que sur l’application intégrale de l’Accord du 31 décembre qui prévoit le délai de la tenue effective des élections.

Ça court dans la ville. Toute la ville. Depuis quelques jours, des rumeurs persistantes font état de l’avènement de Tshisekedi junior à la Primature. Dans cette fougue, très peu usent du conditionnel. Certains vont loin jusqu’à dire que tout se jouera au mois de septembre prochain. Selon les auteurs de ces affirmations, un nouveau gouvernement serait dans le pipeline du Palais de la Nation. Sur la mouture, Fatshi figure en tête de liste pour remplacer l’actuel Premier ministre, Bruno Tshibala !

Tout serait donc parti d’un tweet de Kudura Kasongo. Dans ce message électronique, l’ancien Directeur à la Communication de la Présidence de la République, aurait affirmé que Félix Tshilombo Tshisekedi, fils de son père, est pressenti successeur favori de l’actuel locataire du 6 Avenue Roi Baudouin. Depuis, le tweet de Kudura Kasongo continue à faire le chou gras des internautes. Chacun y va de son commentaire et de sa coloration politique !

FATSHI N’EST PAS PRENEUR
En cas d’une ordonnance présidentielle nommant Félix Tshisekedi Premier ministre, à l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), on en ferait des confettis. Loin d’être une confession faite à ses proches, Félix Tshisekedi déclare qu’il n’est pas demandeur de poste. Comme pour répondre à tous ceux qui répandent la rumeur au sujet de son éventuelle nomination à ce poste très convoité.
Pour le président du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, aile Limete, la préoccupation n’est guère le fauteuil du Premier ministre. Bien au contraire. Félix Tshisekedi réitère la position maintes fois exprimée de son parti Udps et de sa plateforme politique. A savoir : « l’application intégrale » de l’Accord du 31 décembre 2016. En toile de fond, l’organisation effective des élections avant la fin du mois de décembre prochain.
Par ailleurs, cette même coalition politique estime que si d’aventure, les élections ne se tenaient pas à l’échéance convenue par les parties prenantes, signataires de l’Accord de la saint Sylvestre, alors la RD Congo organiserait une nouvelle Transition politique. « Cette fois-là, sans l’actuel Chef de l’Etat, Joseph Kabila, comme Président de la République ». Du neuf ? Incontestablement pas, tant cette position du Rassemblement a été plusieurs fois exprimée lors de ses différentes manifs politiques organisées à Kinshasa, pendant la période de turbulences et d’incertitudes politiques qui a suivi la signature de l’Accord du 31 décembre.
Dès lors, des experts en analyse de contenu font d’étroites similitudes entre la réaction de Félix Tshisekedi et le point de vue du Rassop, contenu dans son mémorandum du 2 août courant, adressé au président de la centrale électorale, Corneille Nangaa Yobeluo. Dans ce document de plusieurs pages signé par Félix Tshisekedi comme Président de la plateforme, le Rassemblement/Limete avait rappelé au numéro 1 de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), le point IV de l’Accord du 31 décembre qui évoque, notamment, l’éventualité de découpler les scrutins combinés.
« En ce qui concerne la complexité de combiner les 3 scrutins, il a été mis dans l’Accord au point 4.2, l’éventualité de découpler les scrutins et apprécier le temps nécessaire pour le parachèvement des élections, étant entendu que l’élection présidentielle devra être organisée avant le 31décembre 2017 »,insistait le Rassemblement dans son document.
Le point sus-évoqué dudit Accord dispose, entre autres que « les parties prenantes conviennent de l’organisation des élections en une seule séquence présidentielle, législatives, et provinciales au plus tard en décembre 2017. Toutefois, le Conseil national de suivi de l’accord et du processus électoral (CNSA), le Gouvernement et la Ceni peuvent unanimement apprécier le temps nécessaire pour le parachèvement desdites élections ».

L’INEVITABLE NOUVEAU CONSENSUS POLITIQUE
Invité des membres du Groupe d’amitié, en juillet dernier au siège de la francophonie à Paris, Corneille Nangaa avait clairement déclaré qu’il était hasardeux de prétendre organiser les élections dans les délais prévus par l’Accord du 31 décembre 2016. Dans son argumentaire, le Président de la CENI avait aligné nombre de contraintes techniques qui rendaient impossible la tenue des élections à l’horizon décembre 2017. Depuis, le numéro 1 de la Centrale électorale ne s’est jamais dédit.
Serein, Corneille Nangaa avait même précisé que cet ajournement éventuel du scrutin n’énerverait en rien l’Accord du 31 décembre. Car, ce dernier n’exclut pas la possibilité de reporter les élections. « La Ceni est la seule institution technique chargée de l’organisation des élections. A la fin des opérations préélectorales, le Gouvernement, le Conseil national de suivi de l’Accord (CNSA) et la Ceni devront procéder à l’évaluation, préalable à l’élaboration du Calendrier électoral »,avait rappelé le Président de la Ceni qui, s’appuyant sur cette disposition de l’Accord, avait invité les parties prenantes signataires dudit compromis politique, à revisiter l’esprit et la lettre du texte.
Dans cette même logique, quiconque lit en diagonale le mémorandum du Rassemblement, aura bien constaté que cette plateforme n’exclut pas non plus la probabilité du report des élections. Félix Tshisekedi le dit encore dans sa réaction. « Si au plus tard le 31 décembre prochain, les élections ne sont toujours ^pas organisées, une nouvelle transition commencera…. ». Y aurait-il mille manières de comprendre cela ? C’est donc ici que le Rassop/Limete rejoint la Centrale électorale. Le point d’intersection des déclarations des deux camps reste l’éventualité de renvoyer la tenue effective des élections après décembre 2017. De ce point de vue, de nombreux analystes conviennent que la voie d’un nouveau consensus politique se trouve désormais balisée. Un troisième dialogue politique, pour ne pas heurter certaines sensibilités politiques.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top