Liens commerciaux

0


Outre sa mission principale de financer l’organisation des élections, le Gouvernement Tshibala se préoccupe des jeunes. A preuve, la rencontre d’hier au Jardin des Premiers à la Primature, entre le Premier ministre et plusieurs associations juvéniles. Au menu, processus politique, élections et chômage.

Pied de nez à la journée ville morte décrétée par ses anciens compagnons de lutte ? Simple coïncidence ? Difficile de trancher. Toujours est-il que c’est hier 8 août que le Premier ministre Bruno Tshibala a conféré avec 400 jeunes membres de différentes associations juvéniles.
Face à cette assistance, Bruno Tshibala a déroulé. Etant dans son élément, cet opposant de très longue date devenu chef du Gouvernement est sans doute parmi les plus légitimes pour parler des péripéties politiques de ces quatre dernières décennies. En particulier, du processus qui a abouti à sa nomination en avril dernier comme Premier ministre. Lui qui a répété aux jeunes qu’il remplissait tous les critères fixés par l’Accord de la Saint Sylvestre.
Pur produit de l’Opposition, l’actuel locataire du 6 avenue Roi Baudouin n’ignorait pas que la frange radicale de l’Opposition appelait à une ville morte. D’où sans doute cette exhortation à l’endroit des jeunes. « Ne cédez pas à la distraction et à la manipulation des prophètes de malheur, qui ne défendent le pays que quand eux sont aux responsabilités ». Et le chef du Gouvernement d’en appeler à l’unité et à l’amour du prochain.
Comme s’il anticipait la préoccupation majeure des jeunes, Bruno Tshibala a lâché en substance « votre problème, c’est le chômage. Nous comptons notamment sur l’arrivée des investisseurs pour sinon le résorber, mais en tout cas le réduire sensiblement ».
Pour autant, le Premier ministre a souligné que la mission première, principale, cardinale du Gouvernement était la tenue des élections apaisées. Car, a-t-il ajouté, en démocratie pour diriger, il faut être l’émanation de la volonté du peuple souverain. Occasion pour Bruno Tshibala de préciser que l’organisation des élections ne relève pas de la compétence du Gouvernement. Cette tâche est de la responsabilité de la CENI. Le rôle du Gouvernement étant celui de mettre des moyens financiers à la disposition de la Centrale électorale.
Fin du premier face-à-face Tshibala-jeunes. Le second rendez-vous est pris pour le 12 août à l’occasion de la journée mondiale de la jeunesse. A cette occasion, les jeunes déposeront un mémo comprenant notamment des suggestions sur la table du Premier ministre.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top