Liens commerciaux

0


* Il a tour à tour échangé avec son homologue guinéen Alpha Condé, la Procureure générale de la Cpi Fatou Bom Bensouda, le haut-commissaire des Droits de l’homme Zeid Ra’ad al Hussein et le Premier ministre belge Charles Michel…

Arrivé en fin d’après-midi à New York le jeudi 21 septembre 2017, le Président de la République a consacré la journée de vendredi 22 septembre aux audiences.

Pour la première, il s’est personnellement déplacé à Millenium Hilton hôtel où il s’est entretenu en tête-à-tête avec le Chef de l’Etat de la Guinée-Conakry, Alpha Condé, président en exercice de l’Union africaine.
Au terme de l’échange qui a pris environ trois quarts d’heure, le Président guinéen s’est abstenu de toute déclaration à la presse.
De retour à Lotto New York Palace où il s’est installé, le Chef de l’Etat a accordé trois audiences sollicitées par ses hôtes.
Le premier est la Procureur générale de la Cpi, Fatou Bom Bensouda. S’exprimant plus facilement en anglais qu’en français en raison, a-t-elle soutenu, du poids et du sens à donner à chaque mot compte tenu de la sensibilité des sujets abordés, elle a commencé par remercier le Président Joseph Kabila de l’exemplarité de la coopération existant entre la République Démocratique du Congo et son institution.
Elle a salué les efforts que fournit le Chef de l’Etat qui, selon ses propres termes, met la justice congolaise au premier plan dans la connaissance des violences qui se commettent de temps en temps au pays, s’appuyant par exemple sur celles enregistrées dans l’espace kasaïen à la suite du phénomène Kamwina Nsapu.
Se réjouissant de voir la justice ouvrir des enquêtes et des procès, elle a insisté sur le principe de complémentarité qui régit les relations entre la RDC et la Cpi, non sans renouveler sa confiance dans la souveraineté judiciaire de chaque pays membre de son organisation. Une notion sacrée.
La Cpi, a-t-elle poursuivi, reste vigilante et suit de près les activités des seigneurs de guerre qui s’aventureraient à des violations massives des Droits de l’homme en RDC. Ils sont avertis qu’ils seront transférés à la Cpi comme l’ont été tous ceux qui s’y trouvent déjà.
Le Président de la République, a-t-elle rapporté à la presse, a pris l’engagement ferme de poursuivre cette coopération avec la Cour pénale internationale.
Ont assisté à cette audience, comme à la suivante, les ministres congolais des Affaires étrangères Léonard She Okitundu, de la Justice et Garde des Sceaux Alexis Thambwe Mwamba ainsi que des Droits humains Marie-Ange Mushobekwa, outre les membres de la section diplomatique du Président de la République conduite par le Directeur de cabinet Néhémie Wilondja et comprenant le conseiller principal au collège diplomatique Barnabé Kikaya bin Karubi en plus de l’ambassadeur itinérant Séraphin Ngwej.
Quant aux deux autres personnalités qui ont succédé à Mme Fatou Bom Bensouda, en l’occurrence Zeid Ra’ad al Hussein et Charles Michel, elles n’ont fait à leur tour aucune déclaration à la presse.
Il y a lieu de noter que le Premier ministre belge a rencontré le Président Joseph Kabila sans la présence, à ses côtés, du Vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères Didier Reynders, pourtant en séjour à New York.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top