Liens commerciaux

0

Joseph Kabila a une fois de plus rappelé la position de son gouvernement sur la mission onusienne en RDC.

« La charte des Nations Unies nous impose des obligations dont le respect conditionne I ‘émergence d’un monde meilleur. C’est la raison pour laquelle, la RDC maintient le dialogue stratégique avec les Nations Unies sur l’avenir de la MONUSCO, conformément à la résolution pertinente du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Cette revue stratégique devra déterminer le rythme de réduction de la force de la MONUSCO jusqu’à son retrait total » a dit Joseph Kabila sur la tribune de l’Assemblée générale de l’ONU ce samedi 23 septembre 2017.

Il a rappelé également sa position sur le redimensionnement de la force de la MONUSCO.

« II est clair que près de vingt ans après son déploiement, la force onusienne ne peut nourrir I‘ambition de rester indéfiniment dans mon pays, ni d’y exercer son mandat avec le même format et sans tirer les leçons des faiblesses constatées. Ce qui nous importe et qui devrait être important aux yeux de tous ceux qui tiennent à la crédibilité de notre Organisation, c’est efficacité effective de I ‘apport des troupes onusiennes sur le terrain. Voilà pourquoi, depuis plusieurs années, nous exigeons le redimensionnement de la force de la MONUSCO au regard de missions devenues dynamiques et la réorientation des moyens ainsi dégagés vers la satisfaction de nos besoins de développement. En ce domaine, comme en d’autres, nous n’entendons pas transiger avec le respect du a la souveraineté de la République Démocratique du Congo telle que garantie par la Charte de notre Organisation » ,a-t-il ajouté.

La Mission onusienne est en pleine réadaptation de sa stratégie en RDC. Fin juillet, elle avait annoncé la fermeture de cinq bases fixes dans les territoires de Walikale, Masisi et Lubero au Nord Kivu. La mission onusienne affirmait que cela entre dans le cadre du nouveau dispositif opérationnel qui consiste à privilégier la mobilité et la flexibilité des interventions militaires.

«Il est en ligne avec la stratégie adoptée par le département des opérations de maintien de la paix des Nations Unies. Il comprend des patrouilles longues distances, des patrouilles de démonstrations de présence, la surveillance aérienne et un déploiement rapide en cas d’incident de sécurité (…). La MONUSCO change son mode opératoire, tout en veillant à continuer à remplir son mandat, c’est-à-dire qu’elle poursuit le soutien aux autorités congolaises dans la protection des civils », avait déclaré Maman Sambo Sidikou, Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU et chef de la Mission des Nations unies pour la stabilisation au Congo.

Actuellement, la MONUSCO peut déployer, selon le mandat défini dans la résolution 2348 de mars 2017, jusqu’à 16.215 militaires, contre 19.815 dans le mandat précédent. Maman Sambo Sidikou avait également annoncé le 17 juillet le retrait d’au moins 750 casques bleus du bataillon indien d’ici fin août.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top