Liens commerciaux

0


Les assises de Kananga ont débuté hier, mercredi 20 septembre 2017. Elles devront se poursuivre jusqu’au vendredi prochain, sauf changement de programme. La première journée très chargée en discours et émotions, a enregistré un premier déclic en faveur de la réconciliation. Un mea culpa en public. Voilà, à tout dire, ce qu’a été le mot du successeur de Jean-Prince Pandi en tant que chef coutumier des Bashila Kasanga. Jack Kabeya Tumba, qui a fait lire une déclaration par une personne de sa délégation, a reconnu que plusieurs personnes en RDC comme ailleurs à travers le monde ont souffert directement ou indirectement des crimes résultant de l’insurrection sous le label Kamuina Nsapu. D’où, a-t-il demandé à l’opinion nationale ainsi qu’internationale, au nom de toute la famille régnante, à leur accorder le pardon.
Après l’ouverture solennelle du Forum sur la Paix, la Réconciliation et le Développement au Grand Kasaï par le Chef de l’Etat, le Vice-Premier Ministre, Ministre de l’intérieur et Sécurité, Emmanuel Ramazani Shadary a présenté, le mercredi 20 septembre 2017, à la cérémonie de lancement des travaux, l’économie de ces assises. Cela a été fait en présence du Premier Ministre Bruno Tshibala, des membres du Gouvernement Central, des délégués de cinq provinces du Grand Kasaï et des institutions d’appui à la démocratie comme la CENI et le CNSA. L’objectif général du forum de Kananga est de ne plus jamais permettre que les atrocités comme celles vécues il y a 9 mois au Kasaï, ne ressurgissent. Mais, aussi, d’analyser les causes, les conséquences, envisager les pistes de solution et produire le plan d’assistance humanitaire et de développement du Grand Kasaï, a annoncé Emmanuel Ramazani Shadary.
Deuxième jour des travaux

“Nous sommes déjà ici pour l’aboutissement du processus de paix. La paix promise par le Chef de l’Etat et qui est aujourd’hui au rendez-vous. Les filles et fils de l’espace grand Kasaï vont se regarder dans les yeux pendant trois jours pour se dire la vérité et se réconcilier pour que plus jamais ce qui s’est passé ici ne se reproduise. Tout le monde, et en majorité les originaires du Grand Kasaï, sont là”, a dit Ramazani Shadary. Plusieurs messages des délégués de jeunes, des femmes, de la famille régnante, de la société civile et des confessions religieuses ainsi que des autorités coutumières ont convergé vers la paix, le pardon mutuel, la renonciation et le développement. La particularité des messages entendus ce jour est la demande solennelle de pardon par la famille régnante de feu Kamuina Nsapu, au nom du clan Bashila Kasanga, à toute la population du Kasaï victime des affres de la milice partie de Dibaya et à toute la République. Comme prévu par le comité organisateur et pour autant que les opérations d’identification et enrôlement des électeurs se déroulent dans l’espace Kasaïen, le Vice-président de la CENI qui a perdu du personnel et kits électoraux incendiés par la milice terroriste, en a fait le point avant d’expliquer le bienfondé du vote électronique que la centrale électorale entend soumettre à l’opinion. Les travaux se poursuivent dans les 5 ateliers thématiques et dureront 3 jours. Des recommandations seront faites par les participants et un rite de réconciliation selon la tradition locale est programmé pour qu’enfin la page noire qui a obscurci le Kasaï soit, à jamais, tournée.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top