Liens commerciaux

0



* "C’est la seule hypothèse plausible, si on veut encore entamer en décembre 2017 le cycle électoral prévu : il faut démarrer avec la présidentielle", explique l’ancien Premier ministre
Les élections en 2017 ? Encore techniquement faisable répond, dans toutes les langues, Samy Badibanga. Propositions concrètes à l’appui assorties d’un calendrier.
Les Congolais pourraient bien élire leur nouveau Président de la République le 28 décembre 2017. Et ainsi entamer le cycle électoral prévu par l’Accord du 31 décembre 2016. Premier ministre honoraire, Samy Badibanga croit cela possible. A condition d’abord de découpler la séquence des élections en accordant priorité à la présidentielle. Quitte à organiser les législatives nationales et provinciales en mars 2018. Autre condition pour tenir ce délai : la convocation du corps électoral au plus tard le 2 octobre 2017 sur fond de poursuite de l’opération d’enrôlement.
Cette convocation du corps électoral peut se faire concomitamment avec le processus d’enrôlement dans le Grand Kasaï pour avoir le fichier électoral à jour pour la présidentielle. Cette proposition a, depuis lors, été adoptée par de nombreux autres opposants, dont Félix Tshilombo Tshisekedi de l’UDPS, Jean-Claude Vuemba du MPCR, Claudel André Lubaya de l’UDA-Originelle et bien d’autres.

UNE PROPOSITION SERVIE AU BON MOMENT
La proposition de l’élu du Mont Amba tombe à pic. Car elle survient au lendemain de ce d’aucuns ont appelé " tripartite CENI-CNSA-Gouvernement " tenue à Kananga. Alors que le pays, l’Afrique et le monde attendent un calendrier réaliste, en voilà au moins un sur la table.
C’est en ce moment plus qu’indiqué que l’élu de Mont Amba qui a souvent été l’aiguilleur du débat politique, fait une proposition pratique pour compte de l’Opposition. Ce, en rappelant - sonnette d’alarme - qu’il ne reste que 30 jours à peine pour convoquer le corps électoral afin que la présidentielle puisse avoir lieu d’ici la fin de l’année.
Pour Samy Badibanga, l’exercice n’est pas nouveau. Déjà, début août, l’ancien Premier ministre effectuait sa rentrée politique avec cette proposition en bandoulière. A présent, l’homme revient à la charge, en proposant carrément, un calendrier. Une échéance calendaire qui intègre la diaspora dont le Premier ministre honoraire propose le début de l’enrôlement au 15 septembre 2017. Suffisamment rare sur la scène politique congolaise où les opposants protestent bien plus qu’ils ne proposent.
En plus du mérite de formuler des propositions concrètes, Samy Badibanga jouit de la réputation de maîtriser l’ABC des élections. En 2015, il avait été le représentant de l’Opposition qui a travaillé avec la mission de l’Organisation internationale de la Francophonie d’évaluation et audit du fichier électoral de la CENI conduite par le général malien Siaka Sangaré.
Voici, du reste, le calendrier proposé par l’opposant Samy Badibanga.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top