Liens commerciaux

0


Depuis son retour dans la capitale, le Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, Steve Mbikayi passe son temps à calmer les esprits de professeurs et étudiants par rapport à la situation de la grève qui prévaut dans ce secteur. Hier, jeudi 28 septembre 2017, l’autorité s’est livrée à ce même exercice, cette fois dans un format beaucoup plus grand. Parce qu’il a reçu, d’abord, une délégation de chefs d’établissements de différentes universités et instituts supérieurs de l’ensemble de la République Démocratique du Congo ; ensuite, il a communié avec un groupe d’étudiants de l’Université de Kinshasa. Au menu de leurs échanges, le problème de la grève des Professeurs. Sans ambages, le Ministre a demandé à toutes les parties de se calmer car, il a pris l’engagement de porter la question à la haute hiérarchie, c’est-à-dire, la primature. Aussi, dans les jours qui suivent, le Ministre va conduire la délégation des membres des associations de professeur auprès du Premier Ministre pour le début de négociations.

Visiblement, le Ministre de l’ESU n’aura pas de repos avec ce problème de grève de professeurs. Une délégation de chefs d’établissements composée des Recteurs et DG notamment, le Professeur Faustin Toengaho de l’UNIKIS, Pèlerin Kimwanga de l’UPN, Munkeni de l’IFASIC, le Directeur de Cabinet du Recteur de l’UNIKIN, le Recteur de l’Université de Kwango, etc. Cette délégation a échangé pendant près d’une heure avec le Ministre. Au sortir de cette audience, ces professeurs se sont dits heureux de savoir que la question sera portée auprès du Premier Ministre.

«Nous sommes les chefs des établissements, Recteurs et Directeurs Généraux. Nous avons estimé qu’il était important de rencontrer le Ministre pour lui faire un état des lieux de nos établissements en ce moment. Vous êtes sans ignorer que ici et là l’on observe le mouvement de grève. Cette situation est partie de Kinshasa et aujourd’hui, ce mouvement est entré de se généraliser sur l’ensemble des établissements de la République notamment, Lubumbashi, Kisangani et dans d’autres grandes villes universitaires. Cette situation nous préoccupe en tant que mandataires et représentants du gouvernement au niveau de ces établissements», a dit le Professeur Faustin Toengaho, chef de la délégation. Cette dernière reste, par ailleurs, convaincue qu’il était donc de bonne politique de faire les points de la situation avec le Ministre et voir comment trouver, ensemble, des voies de sortie de cette crise. «Nous avons été très contents de l’attention que le Ministre a accordé à cette question. Nous avons trouvé en lui un homme qui est déjà très préoccupé par ce problème car, si tout dépendait que de lui, on ne serait pas arriver là. Voilà pourquoi ensemble, nous avons estimé que sous sa direction, nous puissions rencontrer le Chef du Gouvernement pour que nous puissions ensemble décanter cette situation. Le Ministre est d’accord pour conduire la délégation de professeurs membres des associations de trois pôles universitaires notamment Kinshasa, Lubumbashi et Kisangani. Je crois que dans les tout prochains jours, le Ministre va nous fixer sur cette rencontre qu’on aura avec le Premier Ministre», a-t-il poursuivi.

La satisfaction des étudiants

Quelques minutes seulement après, Steve Mbikayi s’est vu dans l’obligation d’échanger avec un groupe d’étudiants. Ce dernier se dit préoccupé par la suspension non seulement de la délibération, mais aussi de la deuxième session dans des établissements d’enseignement supérieur et universitaire.

«Dans le site universitaire, nous sommes inquiets de certains problèmes et nous avons décidé de voir le Ministre pour que nous puissions échanger par rapport à la situation relative à la grève des enseignants. Il nous a promis que dans un bref délai la situation sera décantée, surtout qu’il va voir dès ce soir le Premier Ministre», a fait savoir le Coordonnateur des étudiants de l’Université de Kinshasa.

Steve Mbikayi apaise…

Réagissant par rapport à ces différents échanges, Steve Mbikayi souligne que l’urgence est de lancer des appels au calme, surtout que la même situation s’observe dans tous les établissements de l’ESU.

«C’est la même situation dans tous les établissements. Voilà pourquoi, je suis tous les jours avec les étudiants, professeurs et autorités académiques pour essayer de calmer la situation. J’ai demandé à ce que les différentes coordinations estudiantines puissent encadrer leurs collègues étudiants tout en sachant qu’ils ont raison d’être inquiets parce que leur session est perturbé, mais qu’ils attendent la solution qu’on va avoir dans les prochains jours. Je compte amener les dossiers auprès du Premier Ministre afin de chercher à obtenir des négociations avec les professeurs et dès que les négociations vont commencer, on pourra obtenir la suspension de la grève pour permettre à ce qu’il y est la deuxième session. Les étudiants vont donc attendre la suite de la rencontre que nous allons avoir dans les prochains jours avec le Premier Ministre », a-t-il déclaré.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top