Liens commerciaux

0


Tel qu’annoncé, le président du Rassemblement aile dure a tenu son speech mardi 5 septembre 2017. Il faut dire que cette sortie médiatique était attendue après son comeback au pays le dimanche dernier. Félix Tshisekedi, encore remonté, visiblement, suite à son escorte par les forces de l’ordre de l’aéroport jusqu’à sa résidence, a été particulièrement ferme à l’endroit du pouvoir. D’où, a-t-il insisté sur l’impérieuse nécessité d’arracher une alternance au pays avant la fin de l’année en cours, conformément à l’esprit et la lettre du compromis de la Saint Sylvestre. Pour mieux y arriver, celui qui est à la tête d’une des plus grandes plateformes politiques de la place appelle à l’unité des forces politico-sociales en un front commun pour forcer le pouvoir de Kinshasa à se plier à l’exigence démocratique. ‘’Je lance l’appel à tous les partis anti Kabila de se mobiliser ensemble pour obtenir son départ. Comme les mouvements citoyens réunis à Paris, nous disons… Ekoki ‘’, a-t-il tancé.

‘’L’heure est plus que grave ! Le moment n’est plus au discours, mais à l’action. Une action rigoureuse et tenace qui exige l’unité de toutes les forces vives acquises au changement démocratique. L’union fait la force, pour dire que tout fait nombre et tout en ce moment fait force ‘’, dixit Félix Tshisekedi. Quid de l’UNC, le MLC, le Front et Cie ? L’homme ne dit s’opposer à aucune convergence, même parallèle, pourvu que le but soit commun : l’alternance.

Dénonciations

Bien qu’appelant les congolais à s’enrôler, Félix Tshisekedi a dénoncé des manigances que, d’après lui, la CENI met en place pour le camp de la mouvance actuelle. ‘’A ce sujet, un individu venant de Lusambo, détenteur, sans titre ni droit, de plus d’un millier de cartes d’électeurs a été appréhendé, le dimanche 20 aout 2017 à l’aéroport de Bipemba à Mbuji-Mayi ‘’, dévoile-t-il. Séance tenante, il a montré à l’assistance une série de cartes prises par un seul individu à Kinshasa, tricherie à laquelle des mesures mises en place par l’Udps/Rassop a su démasquer. Ainsi, à, ses yeux, le processus actuel d’enrôlement qui n’a pas encore atteint le bout du tunnel est truffé des ‘’pré-encodages de tricherie’’. L’insécurité au sein de la société et l’insécurisation des politiciens estimée d’actualités au pays par le président du Rassop/Limete ont, aussi, été dénoncées par Félix Tshisekedi. Il a complété ce tableau sombre par la situation économique dont les conséquences risquent d’être durables : « Avec un crédit ébranlé et se trouvant quasiment dans une situation de cessation de paiement, l’Etat congolais court tout droit vers une faille qui risque d’être durable».

Décrispation et obsèques du lider maximo

Félix Tshisekedi qui revient à peine d’un périple euro-américain a fait une plaidoirie pour le retour de la dépouille de son père. «Le pouvoir a décidé que, puisque cela lui déplait, le chef historique de l’Opposition congolaise, Etienne Tshisekedi wa Mulumba, d’heureuse mémoire, n’a pas le droit de reposer en paix sous la terre de ses ancêtres», a-t-il lancé. Par ailleurs, la libération sans condition des prisonniers politiques et le retour des exilés parmi lesquels, Moise Katumbi, Jean-Claude Muyambo, Franck Diongo et Cie, ont été fermement réclamés.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top