Liens commerciaux

0




*« Le Centre » salue la mobilisation permanente de l’Union Africaine dans la recherche des solutions pacifiques à la crise congolaise. Toutefois, « Le Centre » regrette que cette mission se soit soldée par un cuisant échec, au regard des positions radicalisées de l’opposition et de la politique de l’autruche adoptée par le Gouvernement. Le Centre encourage, cependant, l’Union Africaine à poursuivre ses contacts avec toutes les tendances politiques de la RDC afin d’élargir le panel de réflexion et de garantir le succès des missions à venir. Bien plus, le Centre qui, depuis la clôture de son Conclave tenu au Centre Nganda, s’est montré ouvert à la tenue urgente d’une Table Ronde Politique inclusive et représentative, estime qu’il est temps qu’on arrête avec toutes les formules susceptibles de conduire le pays vers un précipice. D’où, la nécessité, pour le Centre, dirigé par Germain Kambinga Katomba, Joseph Bangakya, Daniel Ngoy Mulunda, Micheline Bie, de pousser la Majorité et le Rassemblement à cliquer sur le clavier de la tempérance, s’il faut vraiment qu’on aille aux élections apaisées, transparentes, démocratiques, crédibles et justes. Déjà, dans l’une des ses recommandations cardinales, le Centre posait quelques préalables, pour arriver à faire avancer la roue de l’histoire dans le sens de débloquer, de façon décisive, le processus électoral, aujourd’hui, verrouillé et rouillé. Le Centre, exige, par exemple, qu’au-delà du 31 décembre 2017, si les élections ne sont pas organisées, qu’une transition soit instituée pour une gestion consensuelle. Le Premier Ministre viendrait, dans ce cas, de la famille politique autre que celle du Chef de l’Etat. Et que, durant cette période, selon les options restant à définir à la table ronde, toutes les institutions à mandat électif, resteront en place, y compris l’actuel Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange. Ici, dans ce communiqué, le Centre annonce, par ailleurs, une série de manifestations. Dans un premier temps, pour briser le radicalisme ambiant et juguler le danger qui pèse sur la RD. Congo «Le Centre » lance, en effet, un vibrant appel à la mobilisation de tous les modérés en vue de faire entendre sa voix par l’organisation, dès les premières heures du 1er décembre 2017, d’une marche pacifique dans les principales villes de la RDC . Celle-ci sera dénommée : «MARCHE BLANCHE » (car tous les marcheurs seront de blancs vêtus). Les objectifs visés, à l’aune d’une marche monstrueuse, consisteront, entre autres, à démontrer que la majorité des Congolais sont au Centre et rejettent les extrêmes, à démontrer que la majorité des Congolais veulent la paix, le pain, la santé, la démocratie et un processus électoral apaisé et, enfin, à démontrer que la majorité des Congolais veulent que soient préservés, les acquis économiques et démocratiques et ne sont pas prêts à payer une facture supplémentaire pour des sacrifices déjà consentis, il y a plus de dix ans.

LPM



REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

LE CENTRE

COMMUNIQUE

Au regard de l’évolution des événements de l’heure et de la grave crise politique qui menace fortement la stabilité et la paix en République Démocratique du Congo, en leur qualité de troisième courant politique de la RDC, les forces politique et sociales réunies au sein de la plateforme politique centriste « LE CENTRE » font la déclaration suivante :

De la non-convocation du corps électoral à la date du 30 septembre 2017.
« LE CENTRE » constate à l’instar de toute l’opinion qu’à la date du 30 septembre 2017, le corps électoral n’a pas été convoqué, ce qui confirme dans les faits la non-tenue des différents scrutins à la fin de l’année 2017. Comme « LE CENTRE » l’avait déjà anticipé dans son appel au rassemblement des forces du Centre le 25 août 2017 et son conclave des 19 et 20 septembre 2017, cette situation plonge la RDC dans une période d’incertitude et ouvre la voie à tous les extrémismes possibles. La responsabilité entière de cet échec et du danger qu’il fait peser sur le pays repose sur l’ensemble des parties prenantes à l’accord de la CENCO, montrant ainsi les limites de cet accord. Dès lors, le Centre considère comme inacceptable et irresponsable l’attitude radicale de l’opposition et de la majorité qui, en signant cet accord, sans contrainte, ne pouvait à ce jour se prévaloir de leur turpitude en cherchant à faire payer au peuple la rançon sociale et sécuritaire de leurs égarements. Fort de ce qui précède « Le Centre », au nom de la raison, du bon sens et du patriotisme appelle l’ensemble des acteurs politiques au ressaisissement en vue d’une résolution pacifique de la crise politique en cours. A cet effet, comme énoncé lors de son conclave, le Centre insiste sur la pertinence de la convocation d’une table ronde afin d’aboutir à un consensus définitif et offrir une lisibilité avérée au processus électoral.

De la mission du Président de la Commission de l’Union Africaine en RDC.
« Le Centre » salue la mobilisation permanente de l’Union Africaine dans la recherche des solutions pacifiques à la crise congolaise. Toutefois, « Le Centre » regrette que cette mission se soit soldé par un échec, au regard des positions radicalisées de l’opposition et de la politique de l’autruche adoptée par le Gouvernement. Le Centre encourage, cependant, l’Union Africaine à poursuivre ses contacts avec toutes les tendances politiques de la RDC afin d’élargir le panel de réflexion et de garantir le succès des missions à venir.

De la « MARCHE BLANCHE »
Face au radicalisme ambiant et au danger qui pèse sur notre pays, « Le Centre » lance un appel à la mobilisation de tous les modérés en vue de faire entendre notre voix par l’organisation, le 1er Décembre 2017, d’une marche dans les principales villes de la RDC. Ladite marche dénommée « MARCHE BLANCHE » (car tous les marcheurs seront de blancs vêtus) aura pour objectifs spécifiques :

– Démontrer que la majorité des Congolais sont au Centre et rejettent les extrêmes.

– Démontrer que la majorité des Congolais veulent la paix, le pain, la santé, la démocratie et un processus électoral apaisé.

– Démontrer que la majorité des Congolais veulent que soient préservés, les acquis économiques et démocratiques et ne sont pas prêts à payer une facture supplémentaire pour des sacrifices déjà consentis il y a plus de dix ans.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top