Liens commerciaux

0


*Lundi 16 octobre 2017 à 9 heures, rendez-vous est donc pris au Tribunal de Paix de Ngaliema. Un jugement qui promet des étincelles est sérieusement attendu. Lushima Djunga qui, dans une note, parle d’un procès de la honte, présente, ici, sa version des faits. Il peint un tableau qui n’offre à son adversaire aucune marge de manœuvres. D’ailleurs, il lance une invitation à tous les hommes de bonne volonté à y venir y assister. Le récit, tel qu’il est présenté, ci-dessous, par Lushima Djunga, lui-même, interpelle et place les juges devant leurs responsabilités.

PROCES DE LA HONTE

En cause : LUSHIMA DJUNGA WEMBADIO

Contre

Maurice SHEMBO LUHATA



Le jugement sera prononcé par le Tribunal de Paix de Ngaliema condamnant

LUSHIMA DJUNGA WEMBADIO

le 16 Octobre 2017 à 9H00’



Ce jour-là, le boa sera véritablement et sérieusement éventré

(Par LUSHIMA DJUNGA WEMBADIO, Saint escroc et prévenu)



Kinshasa, le 11 Octobre 2017



Invitation cordiale aux hommes de bonne volonté



La parcelle N° 278 située dans la Commune de Mont-Ngafula, Cité Maman Mobutu, appartient à Monsieur LUSHIMA DJUNGA WEMBADIO, fils de Joseph WEMBADIO OMATETE et Alice EDJA KOLA ANAPOWA, parcelle achetée auprès de la SNEL, son employeur à qui il doit tout parce qu’il lui a tout donné en commençant par le crédit qui lui a permis de doter sa charmante et défunte épouse. C’est une très belle parcelle ayant la superficie de 6 ares où est érigée une Villa MM3. La vente à crédit d’un an de cette parcelle a été conclue verbalement entre LUSHIMA DJUNGA WEMBADIO et le regretté Charles Pungu WHEMBOLOWA, alias Borreau, en 1990 en l’absence et très loin de Monsieur Maurice Shembo Luhata, acheteur et oncle de Charles Pungu, vivant aux Etats-Unis d’Amérique où il s’est spécialisé en sciences mensongères et en techniques machiavéliques. Dès son retour au pays le 02 Janvier 2017, Maurice Shembo Luhata revendique non seulement la parcelle N° 278 mais aussi la parcelle adjacente N°277, toutes les deux appartenant à LUSHIMA DJUNGA et sont réunies dans la parcelle N° 69.523 du plan cadastral de la Circonscription foncière de Mont-Ngafula, ayant la superficie de 12 ares. Le prix d’acquisition et le coût de construction de la géante clôture en moellons de la parcelle s’élèvent à 84.064,00 USD, montant convenu comme le prix de vente payable à 12 mois sans intérêts à partir du paiement du premier acompte intervenu le 24 Avril 1991.

Sans avoir apuré intégralement le prix de vente de 84.064,00 USD, Maurice Shembo Luhata, débiteur douteux redoutable, s’est résolu d’étrangler et de malmener LUSHIMA DJUNGA WEMBADIO, un vieillard en retraite appartenant à la catégorie des personnes de troisième âge qui n’attend que son invitation au royaume de Dieu où il recevra la plus haute distinction pour avoir mené sur la terre une vie exemplaire et mis au service de la SNEL, son ancien employeur, ses meilleurs talents qu’il a reçus gratuitement du Créateur. Pour déstabiliser la retraite de LUSHIMA DJUNGA, le débiteur douteux redoutable a déposé devant les Cours et Tribunaux de Kinshasa 5 plaintes à sa charge en vue de l’exproprier par la ruse de sa parcelle N° 69.523 du plan cadastral à la Cité Maman Mobutu. Dans toutes les 5 plaintes, le débiteur douteux ne présente que 3 preuves des paiements pour le montant total de 3.512,00 USD sur le prix de vente de la dite parcelle qui s’élevait à 84.064,00 USD. Devant 27 participants à la réunion de la grande famille OSHING’UNTU organisée le 19 Janvier 2017 dans la Résidence de LUSHIMA DJUNGA, le débiteur douteux a déclaré en tenant sa Bible en mains qu’il percevait le loyer de 600,00 USD par mois sur cette parcelle qu’il a occupée et exploitée de Janvier 1993 au 31 Août 2014 ;



Complètement déboussolé et confondu par les questions hautement professionnelles de la Magistrate qui voulait faire manifester la vérité lors de la confrontation suicidaire entre l’accusateur et l’accusé qui a eu lieu le 12 Septembre 2017 de 15H00’ à 19H00’, Maurice Shembo Luhata, abattu et acculé, a déclaré qu’il avait apuré totalement le prix de vente de la parcelle n° 69.523 arrêté à 84.064,00 USD, mais il avait oublié à la maison les autres preuves des paiements effectués via sa Banque à Bruxelles parce qu’il ne s’attendait pas disait-il, aux questions pertinentes et intelligentes de la Magistrate. C’est ici où il a été ridiculisé par Me Kashika Mulongoy, Avocat de LUSHIMA DJUNGA WEMBADIO. Comme si cela ne suffisait pas, Maurice Shembo a déclaré encore à cœur ouvert et joyeux que LUSHIMA DJUNGA est né d’une famille pauvre et mourra pauvre. Sa maison située aux Etats-Unis est plus belle que la Résidence de LUSHIMA DJUNGA. Il a étudié plus que LUSHIMA DJUNGA qui n’est qu’un simple Licencié. Etant donné que LUSHIMA a étudié aux frais de ses frères, Maurice Shembo doit récupérer poursuivait-il, sa parcelle N° 69.523 du plan cadastral à la Cité Maman Mobutu, ignorant totalement que le petit LUSHIMA était boursier de Caritas Congo dès son école secondaire à Kananga à cause de sa vive intelligence décelée par le Révérend Père Louis de la Paroisse Saint Clément.

Pour Maurice Shembo, la récupération de cette parcelle est une question de vie ou de mort.

Il est important de noter que cette parcelle était mise en vente par le débiteur douteux redoutable en 2013 sans l’accord de LUSHIMA DJUNGA, son propriétaire attitré, incontestable et incontesté. LUSHIMA DJUNGA a acheté comme cela a été dit ci-haut cette parcelle auprès de la SNEL, en payant anticipativement cash en espèces sonnantes le prix de vente de la parcelle le 20 Août 1990. Après avoir découvert le plan machiavélique savamment ficelé par le Docteur en contre-vérités, en diffamation et en manœuvres frauduleuses, LUSHIMA DJUNGA décida sans atermoiements ni tergiversations de faire annuler le Certificat d’Enregistrement établi le 04 Avril 2013 au nom de Maurice Shembo Luhata en le faisant remplacer par un nouveau établi le 15 Mai 2013 à son propre nom. Comme on peut le constater, le Certificat établi au nom de Maurice Shembo Luhata n’a vécu que pendant 41 jours, soit du 4 Avril au 15 Mai 2013. Ainsi était déjoué le plan machiavélique de l’accusateur et de ses acolytes visant à déposséder LUSHIMA DJUNGA de sa parcelle par la ruse et le gangstérisme, mais en vain.

Monsieur LUSHIMA DJUNGA WEMBADIO, un cadre d’un très haut niveau formé aux frais de la SNEL pendant 40 ans et le prévenu, invite tous ceux qui le connaissent et l’aiment à venir assister au jugement qui sera prononcé par le Tribunal de Paix de Ngaliema siégeant en matière criminelle à son audience publique fixée le Lundi 16 Octobre 2017 à 9H00’. Le Tribunal leur offre la magnifique occasion pour découvrir qui d’entre LUSHIMA DJUNGA et Maurice Shembo Luhata est le véritable escroc et malfaiteur. Ce jour là, le boa sera véritablement et sérieusement éventré par le Tribunal et le monde saura que le qualificatif de « Saint Escroc » tire son origine dans les plaintes de l’accusateur. LUSHIMA DJUNGA était qualifié de Saint, quand il a fait établir le Certificat d’enregistrement au nom de Maurice Shembo et d’Escroc quand il a fait annuler ce titre. Maman Elisabeth Olomba Mundeke, la défunte épouse de LUSHIMA DJUNGA s’était farouchement opposée à la vente de cette parcelle à Maurice Shembo. Le procès de la honte lui donne raison. A l’au-delà où elle se trouve, qu’elle pardonne à LUSHIMA DJUNGA, son époux, qui l’a tant aimée et continue à l’aimer.

La presse tant nationale qu’internationale y est cordialement invitée.

Je vous remercie d’avance de votre présence massive.

Fait à Kinshasa, le 11 Octobre 2017

LUSHIMA DJUNGA WEMBADIO

Saint Escroc



N° Plaintes à charge de LUSHIMA Date Preuves des paiements en USD
1. Réunion de la Grande Famille du Village OSHING’UNTU dans la Résidence privée de LUSHIMA DJUNGA. 27 participants y compris Maurice Shembo ont pris part à cette réunion. 19/01/2017 1. Reçu du 30/12/1992


2. Money Gram du 18/03/2013



3. Money Gram du 02/04/2013

Total

:
:



:

:

212,00
1.800,00



1.500,00

3.512,00

2. Commissariat Général de la Police Nationale Congolaise 22/03/2017 1. Reçu du 30/12/1992


2. Money Gram du 18/03/2013



3. Money Gram du 02/04/2013

Total

:
:



:

:

212,00
1.800,00



1.500,00

3.512,00

3. Sommation Judiciaire N° 93/2017 au TGI/Gombe 23/05/2017 1. Reçu du 30/12/1992


2. Money Gram du 18/03/2013



3. Money Gram du 02/04/2013

Total

:
:



:

:

212,00
1.800,00



1.500,00

3.512,00

4. Plainte N° 1405/TP/NG/MAP au Parquet de Ngaliema 31/05/2017 1. Reçu du 30/12/1992


2. Money Gram du 18/03/2013



3. Money Gram du 02/04/2013

Total

:
:



:

:

212,00
1.800,00



1.500,00

3.512,00

5. Plainte N° 3856 à la Cour Suprême de Justice. L’affaire a été traitée le 04 Août 2017 à 22H00’. 14/06/2017 1. Reçu du 30/12/1992


2. Money Gram du 18/03/2013



3. Money Gram du 02/04/2013

Total

:
:



:

:

212,00
1.800,00



1.500,00

3.512,00

6. Plainte N° RC 114785 au TGI/Gombe 29/06/2017 1. Reçu du 30/12/1992


2. Money Gram du 18/03/2013



3. Money Gram du 02/04/2013

Total

:
:



:

:

212,00
1.800,00



1.500,00

3.512,00

7. Mise au point sur l’escroquerie de Monsieur LUSHIMA DJUNGA. Le boa éventré. Mise au point non signée et distribuée par Maurice Shembo le 24 Septembre 2017. C’est un pamphlet qui discrédite Maurice Shembo, l’auteur.


05/08/2017 1. Reçu du 30/12/1992


2. Money Gram du 18/03/2013



3. Money Gram du 02/04/2013

Total

:
:



:

:

212,00
1.800,00



1.500,00

3.512,00

8. Confrontation entre LUSHIMA DJUNGA et Maurice SHEMBO au Parquet de Ngaliema de 15H00’ à 19H00’ 12/09/2017 1. Reçu du 30/12/1992


2. Money Gram du 18/03/2013



3. Money Gram du 02/04/2013

Total
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top