Liens commerciaux

0

Les travaux de la commission paritaire Gouvernement-Banc syndical de l’Administration Publique chargée de l’élaboration de la grille barémique des agents de carrière des services publics de l’Etat ont été lancés hier, lundi 2 octobre 2017, à l’Hôtel Venus, dans la Commune de la Gombe. Le go a été donné par le Premier Ministre Bruno Tshibala, Chef du Gouvernement. Organisés par Michel Bongongo Ikoli Ndongo, Ministre d’Etat, Ministre de la Fonction Publique, ces assises visent l’amélioration des conditions salariales des agents et fonctionnaires de l’Etat dans le cadre de la mise en œuvre de la Réforme de l’Administration Publique prônée par le Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange. Dans son mot d’ouverture des travaux, le Premier Ministre Bruno Tshibala a affirmé que le développement économique et social de la RD. Congo passe par la modernisation et l’efficacité de son administration publique. Raison pour laquelle, la construction d’une administration publique moderne et efficace au service de l’intérêt général du pays passe également par l’amélioration des conditions de vie et de travail des fonctionnaires de l’Etat. Selon lui, un fonctionnaire de l’Etat mieux éduqué, mieux formé et entretenu est la première et la plus grande richesse que l’Etat doit avoir en vue d’assurer la réalisation efficace des objectifs de développement économique, social et environnemental. Vu le moment difficile que traverse le pays sur le plan économique et financier, Bruno Tshibala a appelé les fonctionnaires de l’Etat à faire preuve de patriotisme, d’esprit de sacrifice et de dévouement total en vue de faciliter la réussite des mesures économiques urgentes que le Gouvernement va vulgariser dans les administrations et les services publics, ainsi que dans l’opinion publique à partir de ce mardi 3 octobre. Ces mesures, dit-il, ont pour but d’améliorer la collecte des recettes publiques et de renflouer les caisses de l’Etat. De la réforme de l’Administration Publique Le Professeur Michel Bongongo, Ministre d’Etat, Ministre de la Fonction Publique, a remercié les partenaires, particulièrement la Banque Mondiale, pour son engagement dans la réalisation des objectifs de la réforme et l’amélioration des conditions salariales des agents et fonctionnaires de l’Etat. Ce, avant de rappeler que depuis 2012, son ministère mène une ambitieuse réforme de l’Administration Publique dans le cadre de la vision du Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange. Ladite réforme vise le renforcement des capacités productives de l’appareil étatique dont l’un des axes majeurs demeure l’amélioration de la qualité des ressources humaines de l’Administration Publique. A l’en croire, cette amélioration passe par la maîtrise des effectifs et de la masse salariale mais aussi, par la mise en place d’une politique salariale compétitive et ambitieuse. En ce qui concerne la maîtrise des effectifs, Michel Bongongo a signifié que son ministère, avec l’assistance du cabinet SIMAC, est en train de mettre en place un système intégré de gestion des ressources humaines et de la paie. Ce système sécurisera les effectifs et la paie dans la Fonction Publique, en mettant en interconnexion les Ministères et Services concernés par la paie des agents et fonctionnaires de l’Etat. Il s’agit de Ministères de la Fonction Publique, du Budget et des Finances ainsi que la Banque Centrale du Congo. Pour dégager une vision claire et raffermir davantage le consensus autour de l’amélioration des conditions salariales des agents et fonctionnaires de l’Etat, il a précisé que le Ministère de la Fonction Publique a diligenté une étude de faisabilité sur la réforme de la politique salariale et du système de rémunération de l’Administration Publique. Ces résultats ont permis aujourd’hui à son Ministère de baliser clairement la trajectoire de l’amélioration des conditions sociales et salariales des fonctionnaires de l’Etat. Ainsi, il a expliqué que ces assises sont une occasion pour le Gouvernement ainsi que le Banc Syndical de procéder à une évaluation sans complaisance du chemin parcouru dans la lutte contre la précarité mais aussi, et surtout, de tracer la trajectoire à suivre pour une amélioration de la qualité de vie des compatriotes. «J’en appelle donc à la responsabilité de chaque participant, car les attentes de la nation toute entière, en général, et des fonctionnaires sont énormes», a-t-il déclaré. Pour sa part, Fidèle Kiyangi Matangila, Président de l’Intersyndical National de l’Administration Publique (INAP) a appelé les partenaires de conjuguer des efforts pour revaloriser les fonctionnaires et les placer à l’épicentre des tenants et des aboutissants de la réforme, car, il est entendu que toute réforme qui n’envisage pas un plan social qualitatif pour les ressources humaines échouera. Il a précisé que sans salaire décent, il n’y aura pas de travail décent et les mêmes tares décriées hier notamment, la corruption, la démotivation du personnel, la cleptomanie, le détournement des deniers publics et l’inefficacité persisteront. «Il découle que ces vices ayant été à la base de l’initiative de la réforme seront pérennes et se consolideront davantage si les fonctionnaires ne sont pas plantureusement payés, à l’instar de leurs collègues des autres Etats Africains », poursuit-il. En outre, il a fait savoir que la commission paritaire est une hirondelle qui annonce le printemps pour les fonctionnaires, car les conditions salariales de ces derniers méritent amélioration substantielle en vue de rencontrer les objectifs du travail décent pour une vie décente prescrits par l’Organisation Internationale du travail dont la RD. Congo est membre. La Pros. ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE MINISTRE D’ETAT, MINISTRE DE LA FONCTION PUBLIQUE A LA CEREMONIE DE LANCEMENT DES TRAVAUX DE LA COMMISSION PARITAIRE GOUVERNEMENT-BANC SYNDICAL DE L’ADMINISTRATION PUBLIQUE CHARGEE DE L’ELABORATION DE LA GRILLE BAREMIQUE DES AGENTS DE CARRIERE DES SERVICES PUBLICS DE L’ETAT Excellence Monsieur le Premier Ministre, chef du Gouvernement, Honorable Députés et Sénateurs, Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement, Mesdames et Messieurs les secrétaires généraux de l’administration publique, Mesdames et Messieurs les Directeurs Généraux des services publics de l’Etat, Mesdames et Messieurs les inspecteurs de l’administration publique, Mesdames et Messieurs les membres du bureau de l’Intersyndicale Nationale de l’Administration Publique ‘’INAP ‘’, Distingués invités, Mesdames et Messieurs en vos titres et qualités respectifs, Dans le cadre de la vision de la révolution de la modernité prônée par son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef du Gouvernement, le Ministère de la Fonction Publique mène une ambitieuse réforme de notre administration publique. Cette reforme vise notamment le renforcement des capacités productives de notre appareil étatique. L’un des axes majeurs de ce renforcement est l’amélioration de la qualité des ressources humaines de l’administration publique. Cette amélioration passe inéluctable par la maitrise des effectifs et de la masse salariale mais aussi par la mise en place d’une politique salariale compétitive et ambitieuse. Excellence Monsieur le Premier Ministre, Honorables Députés et Sénateurs, Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement, Distingués invités, Le Gouvernement est très heureux d’annoncer les avancées significatives enregistrées dans le cadre de l’amélioration de la qualité des ressources humaines de la fonction publique. En effet, en ce qui concerne la maitrise des effectifs, le Ministère de la Fonction Publique, avec l’assistance du cabinet SIMAC, est en train de mettre en place un système intégré de gestion des ressources humaines et de la paie, SIGRH-Paie en sigle. Ce système, dont l’opérationnalisation est suffisamment avancée, sécurisera les effectifs et la paie dans la Fonction Publique, en mettant en interconnexion les Ministères et Services concernés par la paie des agents et fonctionnaires de l’Etat. Il s’agit des Ministères de la Fonction Publique, du Budget et des Finances ainsi que la Banque Centrale du Congo. Par ailleurs, en vue de dégager une vision claire et raffermir davantage le consensus autour de la problématique de l’amélioration des conditions salariales des agents et fonctionnaires de l’Etat, le Ministère de la Fonction Publique a diligenté une étude de faisabilité sur la réforme de la politique salariale et du système de rémunération de l’Administration publique. Les résultats de cette étude permettent aujourd’hui au Ministère de baliser clairement la trajectoire de l’amélioration des conditions sociales et salariales des fonctionnaires de l’Etat. C’est ici pour nous l’occasion de remercier tous nos partenaires, au premier plan la Banque Mondiale, pour leur engagement important aux cotés de votre Gouvernement dans la réalisation des objectifs de la réforme, en général, et l‘amélioration des conditions salariales des agents et fonctionnaires, en particulier. Nos remerciements s’adressent aussi à notre partenaire social, l’intersyndicale Nationale de l’Administration Publique, INAP en sigle, pour son implication citoyenne et démocratique dans la réforme de notre appareil étatique. Excellence Monsieur le Premier Ministre, chef du Gouvernement Honorables Députés et Sénateurs, Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement, Mesdames et Messieurs les secrétaires généraux de l’administration publique, Mesdames et Messieurs les directeurs généraux des services publics de l’Etat, Mesdames et Messieurs les inspecteurs de l’administration publique, Mesdames et Messieurs les membres du bureau de l’intersyndicale nationale de l’Administration publique, Distingués invités, Mesdames et Messieurs en vos titres et qualités respectifs, Les assises de ce jour sont une occasion pour le Gouvernement ainsi que le BANC Syndical de procéder à une évaluation sans complaisance du chemin parcouru dans la lutte contre la précarité mais aussi et surtout de tracer la trajectoire à suivre pour une amélioration de la qualité de vie de nos compatriotes. Le Ministère de la Fonction Publique est convaincu que les résolutions qui sortiront de ces assises serviront des bases pour une refondation de notre appareil administratif. Pour clore mon propos, j’en appelle donc à la responsabilité de chaque participant, car les attentes de la nation toute entière, en général, et des fonctionnaires, en particulier, sont énormes. Ainsi, je souhaite à chacun et à tous, un bon début des travaux et vous exhorte, par ailleurs, de prendre cette activité à sa juste valeur afin de mettre au profit des agents publics de l’Etat, des réflexions utiles et convenables en vue de la rationalisation de leur situation pécuniaire. Je vous remercie Fait à Kinshasa, le Professeur Michel Bongongo Ikoli Ndombo
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top