Liens commerciaux

0


Un peu comme le corbeau qui, confus après s’être fait rouler par le renard, jura mais un peu plus tard qu’il ne laissera plus prendre, l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) de Vital de Kamerhe s’est réveillée pour dénoncer les manœuvres de la Majorité présidentielle orchestrées avec la CENI pour ne pas organiser les élections. 


L’UNC décide de retirer son ministre du gouvernement Tshibala. Mais Pierre Kangudia n’a pas obtempéré l’ordre du parti, il a refusé de démissionner et suivre son leader. Ainsi donc, le divorce est consommé entre Vital Kamerhe et son ancien directeur de cabinet au bureau de l’Assemblée nationale et ami d’enfance.

Selon plusieurs analystes, VK paierait son inconstance politique. L’ancien speaker de la chambre basse qui avait pourtant le vent en poupe politiquement, n’avait pas écouté ses compagnons de lutte Jean-Bertrand Ewanga et Claudel-André Lubaya qui avaient rejeté la main tendue de la Majorité présidentielle pour aller au dialogue de la Cité de l’Union africaine. 

VK avait préféré se laisser berner par le patron de l’ANR, Kalev Mutond, et le Togolais Eden Kodjo, facilitateur de ce dialogue de la Cité de l’Union Africaine. Mais avec tout ce qu’il lui est arrivé et continuer à lui arriver, VK donne-t-il raison à ses deux potes Ewanga et Lubaya ? Le diable reste diable, même s’il s’habille en soutane blanche comme la neige. Vital Kamerhe n’a pas obtenu la primature, il n’a pas non plus la direction du CNSA. Par contre, il a perdu toute la popularité et l’aura qu’il avait.

Cabale pour affaiblir l’UNC

Les indiscrétions parvenues à Scooprdc.net font état d’une série de messes noires entre l’Immeuble intelligent et le ministère de l’Intérieur pour aboutir à la création d’un nouveau parti politique membre de la MP dénommé « Union des Nationalistes Congolais » (UNC). Le même sigle que celui du parti de Kamerhe. Ce parti satellite devrait regrouper la plupart de ceux qui ont fait défection de l’UNC et d’autres cadres qui ne se sont pas encore prononcés officiellement ainsi que certains cadres de l’UNC affectés au ministère au Budget.

Ce n’est pas tout, d’autres cadres encore en fonction au sein de l’UNC auraient reçu des assurances d’être au perchoir de l’Assemblée provinciale de Kinshasa en remplacement de Roger Nsingi déchu par les députés provinciaux de Kinshasa en échange d’un séisme à l’UNC. Voilà qui justifierait tous ces départs en cascade enregistrés au sein de ce parti pour « des raisons personnelles ».
Ginno Lungabu
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top