Liens commerciaux

0

Comme promis, le député de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) Juvénal Munubo a déposé lundi à l’Assemblée nationale une motion de défiance contre le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères Léonard She Okitundu. Dans sa requête, le député de l’opposition accuse le ministre, cadre de la majorité, de mensonge d’Etat, escroquerie ou encore de violation de la Constitution. Néanmoins, l’Assemblée nationale étant dominée par les députés de la majorité, peu accordent une issue favorable à la motion du député Munubo. “Tout dépend de la matière à traiter et de l’objet de la motion“, répond pour sa part le député de l’UNC, joint au téléphone ce mardi par POLITICO.CD. “C’est une quête qui préoccupe beaucoup de gens. Il n’y a pas que ceux de l’opposition qui en sont préoccupés, il y a même des gens de la majorité: ils ont de la famille, ils ont des enfants qui étudient (…) Il faut faire attention, les surprises ne sont pas à exclure“, explique Juvénal Munubo. Cette situation arrive alors que des députés de l’opposition ont annoncé leur intention de ne plus siéger à l’Assemblée nationale, contestant la façon dont le président de cette institution, le député Aubin Minaku, également chef de la coalition des partis au pouvoir, mène les débats. En effet, ces députés n’étaient pas d’accord avec la procédure du débat à la suite de la motion incidentielle de l’honorable Zacharie Bababaswe, interrompant deux motions de défiance initiées par les députés nationaux Fabien Mutond et Muhindo Nzangi, contre le Vice-premier ministre, ministre en charge de l’Intérieur et Sécurité, Emmanuel Shadary Ramazani, et le ministre d’Etat en charge de la Justice et Garde des sceaux, Alexis Thambwe Mwamba. A la suite de cet incident, le président de l’Assemblée nationale a échangé le lundi 09 octobre 2017 avec les présidents des différents groupes parlementaires d’Opposition pour discuter avec eux autour de leur revendication. Néanmoins, le député Junéval Munubo continue de croire que sa motion pourrait aboutir à la déchéance du ministre Okitundu. “Moi j’ai des contacts avec beaucoup de collègues de la majorité, beaucoup n’ont pas voulu signer la motion pour s’éviter des problèmes“, ajoute-t-il. Le gouvernement de la République démocratique du Congo a décidé le 16 septembre dernier de retirer les passeports électroniques, dits semi-biométriques, de circulation. Une mesure qui a provoqué un tollé car elle oblige les usagers à se procurer impérativement un nouveau passeport biométrique. Interpellé par l’Assemblée nationale, le ministre She Okitundu a annoncé une série de mesures qui n’ont pas visiblement convaincu les élus nationaux. Le ministre congolais devrait se présenter à l’Assemblée endéans 48 heures où devrait être traitée la motion, en séance plénière. Un rendez-vous qui pourrait intervenir demain.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top