Liens commerciaux

0

Le principal parti d’opposition, l’Union pour la démocratique et le progrès social (UDPS) vient de joindre sa voix à celle de nombreuses organisations politiques et de la Société civile qui proposent des plans de sortie de crise au cas de non-tenue d’élections en décembre 2017.

Pour le parti cher à feu docteur Etienne Tshisekedi, il n’aura pas de 3è dialogue mais en cas de non-tenue d’élections en décembre 2017, une transition de six mois pourrait être envisagée sans Joseph Kabila. L’UDPS reste attachée aux idéaux qu’elle a toujours défendus et ferme dans sa position.



L’annonce a été faite mercredi par Augustin Kabuya, porte-parole de l’UDPS, a aussi ajouté que Félix Tshisekedi, leader de l’UDPS et président du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement (Rassemblement) n’est pas intéressé par la Primature pour une transition dirigée par Joseph Kabila.

Selon Augustin Kabuya, la période de transition devrait être dirigée par une personnalité consensuelle issue des rangs de la Société civile, dont le profil sera discuté à fond en protagonistes de la crise politique en RDC. Il a par la même occasion démenti la rumeur selon laquelle Félix Tshisekedi remplacerait Bruno Tshibala à la Primature pour une transition de deux ans dirigée par l’actuel chef de l’Etat.

Les ambitions du leader de l’UDPS, c’est de se porter candidat à l’élection présidentielle, raison pour laquelle l’UDPS ne sent pas concernée par un 3è round des négociations. Ce parti reste préoccupé par le départ de Joseph Kabila conformément à la Constitution du pays qui lui avait conféré deux mandats, aujourd’hui consommés, plus une année de bonus lui accordée aux termes de l’Accord de la Saint-Sylvestre signé par les parties prenantes le 31 décembre 2016 sous l’égide la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO).
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top